PLF 2019: El Othmani veut un budget axé sur le social

430

Le Loi de Finances de 2019 sera principalement axées sur le social, conformément aux orientations royales exprimées par le souverain dans le discours du trône. C’est ce qui ressort de la note de cadrage envoyée par El Othmani aux différents départements concernés.
Le processus de préparation du projet de Budget 2019 a été entamé aujourd’hui par le rituel de la note de cadrage du projet de Loi de Finances. En effet, le chef du gouvernement a envoyé ce mercredi 15 août aux différents départements ministériels concernés la note de cadrage et qui fixe les 4 priorités du projet de loi de Finances 2019. Il s’agit d’abord d’accorder une grande importance aux secteurs sociaux notamment l’éducation, la santé et l’emploi.
Le gouvernement souhaite par le billet de cette note de cadrage «traduire et concrétiser les grandes orientations du souverain exprimées dans le discours du Trône du 30 juillet dernier», peut-on lire dans la lettre d’EL Othmani. Ensuite, le gouvernement souhaite poursuivre la réalisation des grands chantiers et les stratégies sectorielles, en tant que seconde priorité du PLF 2019. Le but est de soutenir l’investissement et «réunir les conditions pour enclencher un véritable décollage économique».
La poursuite des grandes réformes s’érige en troisième priorité du PLF 2019. La quatrième priorité du gouvernement est de maintenir les équilibres macro-économiques. C’est une constante des PLF que les anciennes lois de finances ont toutes appliqué puisqu’il s’agit de l’équilibre budgétaire du royaume.
Selon la note de cadrage, le gouvernement table sur l’hypothèse d’un baril du pétrole à 68 dollars, d’une récolte céréalière de 70 millions de quintaux et d’une hausse des recettes de TVA de 3,7% .Le premier objectif du budget sera de réaliser un taux de croissance de 3,2% pour l’exercice 2019. Le budget veut réaliser un compromis entre le renforcement des politiques sociales (et des dépenses qui vont avec) et la poursuite des grands chantiers et la préservation des équilibres macro-économiques.