Immobilier: les intentions d’achat chutent de 30%, les critères de choix changent

1999

Une étude sur les conséquences de la crise sanitaire et économique de la covid-19 sur les intentions d’achat immobilier démontre que celles-ci ont chuté de 30%.

La demande de logements a baisé de 30%, selon une enquête réalisée par Tracking Data Insight pour le compte d’Injaz Solutions, entre le 2 et 9 juillet derniers, auprès de 330 ménages résidant à Casablanca. Relayée par L’Économiste dans son édition du jour, cette enquête dévoile surtout les changements dans les critères de choix d’un logement, après que les ménages ont vécu une longue période de confinement.

66% des détenteurs d’appartements déclarent que le confinement aura été à l’origine de l’identification de caractéristiques qui commencent à leur déplaire, contre seulement 18% pour les habitants de villas. Ainsi, une partie de la demande d’appartements s’est transférée vers les villas.

En effet, les Marocains souhaitent des logements avec plus d’espace (24%), d’ouvertures (20%), une meilleure localisation (13%), plus d’espaces verts et jardins (9%), plus d’ensoleillement et une meilleure isolation phonique (7%) ainsi qu’un meilleur agencement (5%).

 

Lire aussi : Immobilier: inquiétudes autour du plafond exigé pour la réduction des droits d’enregistrement

 

« La crise sanitaire a impacté notre mode d’habiter et va également impacter en amont notre mode de planifier », souligne Badria Benjelloun, directrice de l’urbanisme au ministère de l’habitat, lors d’un webinaire le 14 juillet dernier organisé par Injaz Solutions avec CIH Bank. Dans l’hypothèse de nouvelles périodes de confinement, les Marocains envisagent des habitations plus agréables, privilégiant les espaces et ouvertures (balcons, jardins, terrasse).

« La covid-19 est un déclic qui a pu montrer les dysfonctionnements de la ville, de nos logements et l’inadéquation entre l’offre attendue et l’offre réelle… Nous avons besoin de plus d’équilibre dans nos villes, de moins de réglementations urbanistiques pour laisser plus de créativité aux architectes et urbanistes », conclue de son côté Jawad Ziyat, président d’Injaz Solutions.