Une première. Un roman traduit de l’hébreu à l’arabe au Maroc

1648
Le roman «La fille à la chemise bleue», de Gabriel Ben Simhon./DR

C’est une première. Un roman israélien a été traduit à l’arabe au Maroc. L’auteur est d’origine marocaine et relate l’histoire d’un migrant marocain qui tombe amoureux d’une Israélienne.

Le roman «La fille à la chemise bleue», de Gabriel Ben Simhon est le premier livre israélien traduit en arabe au Maroc, écrit l’Université de Tel-Aviv, où l’auteur enseigne. C’est la première traduction à l’arabe d’un livre en hébreu, réalisée par le Dr. Ayashi Eladraoui, étudiante du Prof. Mohammed Elmedlaoui de l’Université Mohammed V de Rabat, qui a sélectionné cet ouvrage.

L’auteur israélien, originaire de la ville de Séfrou, relate «l’histoire d’amour entre un garçon immigré du Maroc et une Sabra (Israèlienne née en Israël) amoureuse d’un survivant de l’Holocauste, dans le contexte des premières années de l’État d’Israël et de la grande aliyah du Maroc», écrit l’université.

Succès impressionnant pour le Prof. Gabriel Ben Simhon, de l’École de cinéma et de télévision Steve Tisch de Tel Aviv…

Posted by Université de Tel-Aviv on Monday, January 18, 2021

«J’ai grandi dans la ville de Séfrou au Maroc et immigré en Israël à l’âge de 10 ans. Au cours de ma carrière universitaire, j’ai beaucoup étudié la culture marocaine qui a toujours eu une place spéciale dans mon cœur pour la richesse et la diversité qui la caractérisent», explique Gabriel Ben Simhon, pour qui «le fait que (ses) œuvres soient lues dans (sa) ville natale est une grande fierté».

Mais ce n’est pas tout. L’écrivain a également annoncé que sa pièce de théâtre «Un roi marocain» devrait également sortir au Maroc. La pièce produite par le théâtre national Habima à Tel-Aviv, lauréate du Prix Lieber pour le théâtre juif classique de l’Université de Tel-Aviv, devrait être programmée prochainement au Théâtre national Mohammed V de Rabat.

Gabriel Ben Simhon, qui dit avoir «réalisé un rêve», espère «qu’à la suite des accords de paix, d’autres écrivains israéliens verront bientôt leurs romans traduits en marocain ».