Coronavirus: les médias sportifs au chômage technique

Dans le contexte actuelle marqué particulièrement par la propagation du nouveau Coronavirus, la suspension de toutes les activités sportives au Maroc, à l’instar de tous les pays du monde, a eu un impact direct sur les médias spécialisés dans le sport paralysant ainsi leur productivité.

Nombreuses sont les questions qui se posent sur les répercussions de l’émergence du nouveau Coronavirus sur la presse sportive marocaine, à la lumière de la suspension des activités sportives au niveau national et des manifestations continentales, régionales et internationales que le Maroc devait accueillir ou y prendre part.

Comment faire face à cette nouvelle donne et surmonter les contraintes du travail au quotidien, au vu du peu de matière dont disposent les médias sportifs qui, en l’absence de couverture des événements sportifs dans les différentes disciplines – principalement le football – se trouvent dans une situation peu confortable pour combler ce manque.

 

 

Coronavirus: suspension de tous les matchs de football, toutes catégories confondues

 

 

Pour le rédacteur en chef du journal spécialisé « Al Mountakhab », Badreddine Idrissi, le nouveau coronavirus aura un grand impact économique notamment sur les médias sportifs, notant que la pandémie permettra aussi de déterminer les capacités de ces médias à résister et survivre en l’absence de grands événements sportifs.

Dans une déclaration à la MAP, Idrissi a estimé que l’arrêt de la publication des journaux spécialisés jusqu’à la fin de la crise, comporte des difficultés et de nombreux risques, soulignant la nécessité de maintenir une relation directe avec le lecteur en ces temps, pour le tenir informer de l’évolution de la pandémie et le sensibiliser aux mesures de précaution à prendre pour lutter contre la propagation du virus.

Le rédacteur en chef d' »Al Mountakhab » a relevé que les médias sportifs peuvent également se pencher sur un certain nombre de dossiers et sujets qui dépassent l’actualité et qui sont susceptibles d’intéresser les lecteurs.

 

 

Coronavirus en Italie: la fédération de football demande le huis clos en Serie A et Ligue Europa

 

 

Même son de cloche du côté du chef du service Sport du journal « Rissalat Al Oumma », Abdellatif Moutawakil, qui a estimé que la suspension des activités sportives aurait des répercussions sur les services sportifs de la presse écrite, invitant les journalistes sportifs à s’adapter à ce nouveau contexte notamment en se penchant sur les mesures prises par les clubs et les fédérations pour protéger leurs effectifs et les sensibiliser sur la propagation de la pandémie, et comment envisagent-ils faire face aux conséquences de cette crise dans ses aspects sportifs et financiers.

Moutawakil a rappelé que le journaliste sportif est également obligé de suivre l’évolution de cette pandémie qui plane sur le monde, notamment l’actualité des joueurs et les entraîneurs qui sont testés positifs au virus, les mesures proactives qui sont adoptées et les dommages financiers résultant de la suspension de l’activité sportive.

Face à cet état de paralysie sportive, Hassan Basri, journaliste au journal « Al Akhbar », a, quant à lui, mis l’accent sur la nécessité de passer de l’actualité à l’investigation.

Pour Basri, le journaliste sportif doit contribuer à diffuser des valeurs positives et éviter dans ses écrits des expressions qui sèment la panique chez les lecteurs tout en soutenant les initiatives humanitaires des uns et des autres.

Quant à Rachid Jami, chef du département des sports à la Société nationale de radiodiffusion et de télévision, il a confirmé que 90% des programmes sportifs de la société dépendent de la transmission directe d’événements sportifs, en particulier le football. « La situation actuelle est critique et affectera les médias, tout genre, en manque terrible de matière ».

 

Lire aussi: Coronavirus: l'Euro 2020 reporté d'un an

 

 

Il a fait savoir que dans ce contexte l’accent sera mis sur les conséquences des annulations et reports des événements sportifs au niveau national et international, notant qu’il est encore prématuré d’en parler car les suspensions sont à leurs débuts mais « il est naturel que nous invoquions ces données pour les traiter intelligemment ».

Pour sa part, Riyad Ghazi (Portail Derby) a affirmé que la suspension des activités sportives en raison du Coronavirus impacte les parts d’audience et les ventes, et pourrait affecter le marché publicitaire à l’avenir pour les médias spécialisées dans le sport.

D’autre part, il estime nécessaire de s’adapter à la situation et d’être plus actif dans la lutte contre ce virus, avec des articles de sensibilisation étoffés par des avis de spécialistes dans ce domaine car « la question est devenue nationale et humanitaire », et les médias doivent être au service de cette cause.

De son côté, Ali Belayachi a mis en exergue l’implication du service Sport de « Radio Plus » dans des campagnes de sensibilisation en accueillant dans ses studios des médecins, des sportifs, des joueurs, des entraîneurs et des présidents de clubs afin d’émettre des messages de sensibilisation sur les mesures préventives à prendre pour éviter la propagation du virus.

 

 

Lire aussi: Coronavirus: le Raja et le Wydad adhèrent à la campagne de sensibilisation

 

Abondant dans le même sens, Amine Birouk a mis en avant les campagnes de sensibilisation et de prévention des dangers du nouveau coronavirus de « Radio Mars », à travers des programmes interactifs en direct avec des auditeurs à l’intérieur et à l’extérieur du pays, relayant les informations liées à cette pandémie et accueillant des spécialistes et des sportifs.

Jamal Setifi, chef du service Sport du journal « Al Massae », a indiqué que l’arrêt des activités sportives a entraîné une paralysie de la presse sportive, notant que lors de cette phase, les journalistes devront se pencher sur les répercutions du Coronavirus aux niveaux national et international, d’autant plus qu’il y a plusieurs campagnes menées par des sportifs pour sensibiliser l’opinion publique.