Vidéo-diapo. Californie: les incendies progressent, l’état d’urgence décrété

250

Six incendies ravagent encore le sud de la Californie, tandis que quatre autres ont été contenus. Ayant parcouru 570.000 hectares, le plus important, «Thomas Fire», progresse vers la grande ville de Santa Barbara. 212.000 Californiens ont dû quitter leur maison.

«Liberty», «Little Mountain»… Leurs noms ne laissent pas présager de leur violence. Et pourtant, cinq incendies ravagent encore le sud de la Californie. Les autorités ont ordonné dimanche de nouvelles évacuations face à leur progression, en particulier juste au nord-ouest de Los Angeles. Le foyer le plus important, le «Thomas Fire», progresse non loin de la côte Pacifique en direction de la grande ville de Santa Barbara, à une centaine de kilomètres de Los Angeles. Une vague d’incendies qui vient quelques mois seulement après celle d’octobre, dont le bilan – 43 morts – avait meurtri la Californie.

L’agence de lutte contre les incendies Calfire a mis en ligne une carte pour situer tous les incendies qui ravagent les alentours de Los Angeles depuis une semaine. Cinq sont encore actifs et sont représentés en rouge sur la carte: «Thomas Fire», «Rye Fire», «Creek Fire», «Skirball fire» et le «Lilac Fire». Quatre autres, désignés en noir, ont pu être contenus: «Liberty Fire», «Meyers Fire», «Little Mountain Fire» et «Riverdale Fire».

  • Thomas Fire, le cinquième plus gros incendie depuis 1932

En une semaine, le seul «Thomas Fire» a parcouru 570.000 hectares, soit plus que la superficie de la ville de New York, et détruit près de 800 bâtiments. Dans l’histoire des sinistres ayant frappé la Californie, il est le cinquième incendie le plus important depuis 1932.

Les habitants de certaines zones de Montecito, une des communautés les plus riches du pays, et de Carpinteria, ont été invités dimanche matin à évacuer leur domicile. «La mythologie paradisiaque du sud de la Californie a été calcinée par les incendies», écrivait ce dimanche un éditorialiste du Los Angeles Times . Mais les pompiers faisaient état dans la soirée de succès dans leur combat pour protéger des flammes ces deux localités. Au total, 8.500 pompiers luttent depuis le début de la semaine contre une demi-douzaine d’incendies dans le sud de l’État.

  • Un mort, un millier de bâtiments détruits, 212.000 personnes évacuées

Après une légère amélioration, les conditions météorologiques se sont aggravées dimanche, avec un retour du vent à des vitesses proches de 90 km/h. Les différents foyers qui font rage, de Santa Barbara à San Diego, à l’extrême sud de l’État, ont fait au moins un mort, détruit un millier de maisons, bâtiments et autres structures. Au plus fort des évacuations, quelque 212.000 Californiens ont dû quitter leur maison.

  • L’état d’urgence décrété

Le gouverneur de Californie, Jerry Brown, a décrété l’état d’urgence dans les comtés de Santa Barbara, San Diego, Los Angeles et Ventura. Il a souligné que l’ampleur de ces incendies était liée au réchauffement climatique et a prévenu que ces sinistres devenaient une «nouvelle norme». À Washington, Donald Trump a proclamé vendredi l’état d’urgence fédérale.

  • Le souvenir des incendies d’octobre

C’est la seconde fois de cet automne que la Californie est le théâtre de violents incendies: en octobre, au nord de San Francisco, les flammes ont fait 43 morts, contraint 10.000 habitants à évacuer leur domicile et détruit près de 10.000 hectares. Le coût pour les assureurs a été estimé à neuf milliards de dollars.