Une délégation arabe à Khartoum pour soutenir la « reprise du dialogue »

23

Une délégation de la Ligue arabe est arrivée mercredi à Khartoum pour soutenir la « reprise du dialogue » entre les dirigeants militaires du Soudan et la contestation qui réclame un transfert du pouvoir aux civils, a annoncé l’organisation panarabe dont le siège est au Caire.

Mardi, les médiateurs de l’Ethiopie et de l’Union africaine avaient annoncé avoir convié les généraux et la contestation au Soudan à reprendre les négociations mercredi.

La délégation arabe est venue « encourager les parties soudanaises à reprendre le dialogue visant à s’entendre sur la mise en oeuvre d’une transition vers un pouvoir civil », a indiqué mercredi la Ligue arabe dans un communiqué.

Des dizaines de milliers de personnes ont déferlé dimanche à travers le Soudan, pour appeler les généraux à céder le pouvoir.

Les chefs de la contestation ont également appelé à un vaste mouvement de désobéissance civile le 14 juillet. Une campagne similaire, menée du 9 au 11 juin, avait quasiment paralysé la capitale.

 

Lire aussi: Soudan: plus de 35 morts dans la dispersion du sit-in à Khartoum

 

Dans ce contexte, la Ligue arabe souhaite « œuvrer à l’instauration de la confiance » pour « surmonter les difficultés de la période actuelle », selon l’organisation.

Depuis la destitution en avril du président Omar el-Béchir, à la faveur d’un mouvement de contestation inédit, le Soudan est le théâtre d’un bras de fer entre le Conseil militaire de transition qui a pris le pouvoir et le principal mouvement de contestation, l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC).

 

Lire aussi: Vidéo-Diapo. Confusion à Khartoum suite à l’interception de la cargaison de Managem

 

Les négociations avaient été suspendues le 20 mai, chaque partie tenant à prendre la tête du futur organe de transition post-Béchir.

La confrontation s’est exacerbée avec la dispersion meurtrière le 3 juin d’un sit-in de manifestants, amorçant une vague de répression qui a fait des dizaines de morts et indigné la communauté internationale.