Une américano-israélienne détenue en Russie demande la grâce à Poutine

1283
AFP/

Une Israélo-Américaine condamnée en Russie à sept ans et demi de prison pour « trafic de drogue » a demandé au président russe à être graciée, deux jours après une visite de Vladimir Poutine en Israël, ont annoncé dimanche ses avocats.

Naama Issachar, 26 ans, « a décidé de demander au président russe de la gracier et une demande écrite dans ce sens a déjà été déposée » via l’administration du centre de détention où elle emprisonnée, ont déclaré les avocats de la jeune femme dans un communiqué, cité par les agences de presse russes.

Cette annoncé intervient deux jours après un entretien entre la mère de Naama Issachar, Yaffa, et Vladimir Poutine, qui a eu lieu jeudi dans le cadre de la visite du dirigeant russe en Israël.

A l’issue de cette rencontre, Yaffa Issachar a affirmé à la presse que Poutine lui avait « promis » qu’il enverrait sa fille à la maison. Le maître du Kremlin a assuré de son côté que « tout ira bien ».

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a cependant déclaré samedi qu’il était impossible de gracier Naama Issachar avant qu’elle ne le demande. « Comment peut-on gracier, si la jeune femme ne le demande pas? Il faut respecter au moins quelques formalités pour que le processus commence », a-t-il indiqué aux agences de presse russes.

Arrêtée en avril 2019 au cours de son escale dans un aéroport de Moscou avec neuf grammes de cannabis dans son bagage, Naama Issachar a décidé de déposer une demande de grâce après avoir discuté avec sa défense cette déclaration de Peskov, ont expliqué les avocats de la jeune femme Vadim Kliouvgant et Alexeï Dobrynine dans le communiqué.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et Yaffa Issachar ont demandé à plusieurs reprises à Vladimir Poutine de libérer la jeune femme.