Nouvelles frappes israéliennes à Gaza en réponse à des ballons incendiaires

106
Crédit: AFP.

L’armée israélienne a annoncé mercredi de nouveaux bombardements contre des positions du Hamas dans la bande de Gaza en représailles à des lancers de ballons incendiaires vers Israël et en dépit de l’arrivée de l’émissaire qatari dans l’enclave.

« Des jets de combats et des avions militaires ont ciblé des positions militaires du Hamas dans le sud de la bande de Gaza » incluant « des infrastructures souterraines », a annoncé l’armée israélienne dans un communiqué en « réponse » à des tirs de ballons explosifs et incendiaires qui ont causé des centaines d’incendies en Israël ces dernières semaines.

Or mardi soir, Mohammed el-Emadi, l’émissaire qatari pour la bande de Gaza est entré dans l’enclave palestinienne pour rencontrer notamment la direction locale du Hamas, mouvement qui contrôle ce territoire palestinien.

Depuis le 6 août, le Hamas multiplie les lancers de ballons incendiaires et les tirs de roquettes vers Israël, tandis que l’armée israélienne mène presque chaque nuit des frappes aériennes en représailles dans la bande de Gaza.

Selon des sources proches de Mohammed el-Emadi, ce dernier est arrivé mardi soir avec une aide de 30 millions de dollars pour Gaza, territoire peuplé de deux millions d’habitants dont la moitié vivent sous le seuil de pauvreté.

 

 

Lire aussi: Le Hamas à Gaza appelle les leaders régionaux à faire pression sur Israël

 

 

Cette aide fait partie de l’accord de trêve entre Israël et le Hamas, facilité l’an dernier par l’ONU, l’Egypte et le Qatar.

L’accord prévoit aussi une série de mesures économiques – comme l’extension d’une zone industrielle à Gaza et l’octroi de permis de travail israéliens à des Gazaouis – afin de réduire la pauvreté et stabiliser ce territoire palestinien.

Selon des sources concordantes, des différends sur la mise en œuvre de ces mesures économiques sont au cœur des tensions récentes entre Israël et le Hamas.

En réponse aux lancers de ballons incendiaires, Israël a aussi resserré son blocus sur Gaza en fermant le point de passage de marchandises de Kerem Shalom et en stoppant les livraisons de carburant à ce territoire palestinien.

Résultat, la seule centrale électrique de la bande de Gaza a fermé la semaine dernière, ce qui pourrait avoir des « effets dévastateurs » a prévenu mardi l’ONU.