New York déclare des mesures d’urgence en prévision de la canicule du weekend

71

La ville de New York a déclaré des mesures d’urgence en prévision de la vague de chaleur extrême qui va toucher ce weekend la métropole, au même titre qu’une grande partie du territoire américain, où les températures devront atteindre des niveaux dangereux.

Le maire de New York, Bill de Blasio, a ainsi ordonné à l’ensemble des immeubles de bureaux de plus de 30 mètres de hauteur de régler leur thermostat de climatisation à 78 degrés fahrenheit (25,5 °C), afin de réduire la pression sur le réseau électrique de la ville de crainte d’une nouvelle panne à grande échelle, comme celle survenue le weekend dernier.

Samedi dernier, une panne d’électricité géante avait privé de courant une partie de l’ouest de Manhattan, plongeant des stations de métro dans le noir et éteignant les enseignes lumineuses du quartier de Times Square. Plus de 42.000 usagers étaient privés d’électricité dans la ville.

« Nous sommes sur le point de faire face à une urgence thermique et nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour assurer la sécurité des Newyorkais », a déclaré M. de Blasio. « Le gouvernement de la ville limite sa consommation d’énergie afin de réduire les tensions sur le réseau électrique, et les immeubles de bureaux privés devront également faire leur part », a-t-il indiqué.

En raison de cette vague de chaleur et des températures extrêmes prévues, le triathlon de New York, prévu dimanche, a été annulé pour la première fois de son histoire. Ses organisateurs ont annoncé qu’il n’y aura pas de course dimanche « en raison des prévisions de chaleur et d’humidité étouffantes ».

Selon le service de la météorologie nationale (NWS), plus de 100 records de chaleur locaux devraient tomber samedi au niveau des États-Unis. Les températures dans certaines régions de l’Est du pays ne devront pas chuter en dessous de 23,8 degrés °C, ni même de 26,7 °C la nuit.

Une masse d’air de haute pression s’étendant d’un océan à l’autre maintient la chaleur pendant longtemps. A cela s’ajoute une grande quantité d’humidité dans l’air provenant du golfe du Mexique, dont une grande partie est laissée par l’ouragan Barry qui avait balayé la région le weekend dernier.

Une telle chaleur peut être mortelle. Pendant trois jours en juillet 1995, plus de 700 personnes sont décédées lors d’une vague de chaleur à Chicago, alors que les températures dépassaient 97 °C (36,1 °C). Plusieurs victimes étaient pauvres, âgées et vivaient seules.