Manifestations en Irak: plus de 340 morts en deux mois

Trois manifestants ont été tués, vendredi, lors de heurts avec les forces de l’ordre sur des ponts menant à d’importantes institutions de Baghdad, portant à plus de 340 morts le bilan des morts durant les deux mois de contestation antigouvernementales, selon des sources médicales.

Deux manifestants ont été mortellement touchés par des balles, ont précisé ces sources, et le troisième par une des grenades lacrymogènes des forces de l’ordre. Trente autres manifestants ont été blessés, ont-elles ajouté.

Depuis le début, le 1er octobre, du premier mouvement social d’Irak, plus de 15.000 personnes ont été blessées à Baghdad et dans le sud du pays gagné par les manifestations qui réclament une refonte du système politique et une classe dirigeante entièrement renouvelée.

Dans la capitale irakienne, les manifestants occupent jour et nuit l’emblématique place Tahrir et ont repris leurs campements sur trois ponts –al-Joumhouriya, Senek et al-Ahrar– qui mènent à la très sécurisée Zone verte où siègent le Parlement et l’ambassade américaine, ainsi qu’aux bureaux du Premier ministre et à l’ambassade d’Iran.