L’ex-directeur de campagne de Trump hospitalisé après des menaces de suicide

491
DR.

L’ancien directeur de campagne de Donald Trump, Brad Parscale, a été hospitalisé dimanche après que son épouse a averti la police qu’il menaçait de se suicider, ont rapporté les médias américains.

Parscale, un personnage imposant connu pour son franc-parler, a été remplacé en juillet, quatre mois avant l’élection présidentielle, alors que Donald Trump était en baisse dans les sondages.

Les policiers ont été appelés depuis un domicile où « un homme armé tentait de se suicider », a déclaré sur CNN une policière de Fort Lauderdale en Floride, DeAnna Greenlaw.

L’homme a été par la suite identifié comme étant Brad Parscale par les policiers, qui ont précisé que c’était son épouse qui avait passé l’appel.

Cette dernière a déclaré que son mari était « armé, qu’il avait accès à plusieurs armes à feu dans leur résidence, et qu’il menaçait de se faire du mal », a ajouté Mme Greenlaw.

L’ancien directeur de campagne s’est rapidement rendu aux policiers de Floride, où une loi permet la détention temporaire des personnes atteintes de maladie mentale.

 

Lire aussi: Trump nomme une juge conservatrice à la Cour suprême

 

M. Parscale avait été démis de ses fonctions après un meeting de campagne de Donald Trump à Tulsa, dans l’Oklahoma qui avait été largement critiqué, tant pour la faible participation que pour le discours décousu du président.

Il est cependant demeuré un membre important de l’équipe de campagne.

« Brad Parscale est un membre de notre famille et nous l’aimons tous. Nous sommes prêts à le soutenir ainsi que sa famille par tous les moyens », a déclaré le directeur de communication de la campagne de Trump, Tim Murtaugh, au journal South Florida Sun Sentinel.

« Les attaques personnelles dégoûtantes des Démocrates et des +RINOs+ (« Républicains de nom seulement ») mécontents sont allées très loin, et ils devraient avoir honte de ce qu’ils ont fait à cet homme et sa famille », a-t-il ajouté.