Jean-Yves Le Drian reçu par Abdelmadjid Tebboune à Alger

301

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a entamé mardi une brève visite à Alger consacrée aux dossiers bilatéraux mais aussi régionaux, au premier rang desquels la crise libyenne et le Sahel. 

Après son arrivée, il s’est entretenu avec son homologue algérien Sabri Boukadoum, avant d’être reçu par le Premier ministre Abdelaziz Djerad et le président Abdelmadjid Tebboune.

Le Drian est le premier ministre français à se rendre en Algérie, où a éclaté il y a près d’un an un puissant mouvement (« Hirak ») de contestation antirégime, depuis la visite de sa collègue de la Justice, Nicole Belloubet, fin janvier 2019.

 

Lire aussi: Accord international pour relancer les efforts de paix en Libye

 

Au cour de leur entretien, Le Drian et Boukadoum ont examiné « l’état des relations de coopération entre les deux pays et les voies et moyens de leur renforcement », selon un communiqué du ministère algérien des Affaires étrangères.

« Résoudre la crise libyenne »

Ils ont également procédé à « un examen approfondi des questions régionales et internationales d’intérêt commun, notamment la situation en Libye et au Mali », précise le communiqué. Si elle est l’occasion de relancer les relations bilatérales, la visite du chef de la diplomatie française s’inscrit dans le cadre des efforts internationaux visant à résoudre la crise libyenne.

Elle survient deux jours après un sommet international à Berlin où les principaux pays concernés par le conflit en Libye ont promis de respecter un embargo sur les armes et de ne plus interférer dans ses affaires intérieures, afin de tenter de ramener la paix dans ce pays déchiré par la guerre civile.

 

Lire aussi: Libye: la communauté internationale veut mettre fin aux ingérences étrangères

 

Le président Tebboune, présent à Berlin, a proposé d’accueillir désormais un « dialogue » entre toutes les parties libyennes afin « d’éloigner le spectre de la guerre de toute la région ».

« Nous étions ensemble à Berlin avant-hier sur le conflit libyen(..) L’Algérie est une puissance d’équilibre et de paix. Elle l’a rappelé récemment en lançant plusieurs initiatives diplomatiques. Elle est fermement attachée au respect de la souveraineté des Etats et au dialogue politique», a déclaré le ministre français à l’issue de sa rencontre avec son homologue algérien.