France: un collectif d’élus s’inquiète du manque d’espaces pour l’inhumation des musulmans

DR.

Un collectif d’élus représentant différents partis politiques français a exprimé vendredi ses inquiétudes face au manque d’espaces pour l’inhumation des musulmans décédés pendant la crise liée au coronavirus en France.

« Nous, élus de la République issus de tous les partis politiques, souhaitons lancer un appel solennel pour sensibiliser le plus grand nombre à la situation que subissent de nombreuses familles », écrivent-ils dans une tribune publiée par le journal « Le Monde ».

« Avec la fermeture des frontières, les vivants comme les morts ne peuvent plus traverser la Méditerranée pour rejoindre leur dernière demeure », souligne ce collectif de 62 élus nombre de confession musulmane originaires notamment de pays du Maghreb, relevant que la réouverture des frontières n’étant pas prévue de sitôt, il s’agit d’éviter « la double peine aux familles qui viennent de perdre un être cher et qui risquent d’être privées d’une sépulture digne des dernières volontés du défunt ».

Ils notent que les carrés musulmans au sein des cimetières communaux – autour de 400, répartis dans 35.000 communes –, sont « trop peu nombreux » pour accueillir le nombre important de Français de confession musulmane décédés pendant cette crise.

 

Lire aussi : Les familles souhaitant rapatrier les dépouilles de leurs défunts seront accompagnées après la crise (El Ouafi)

 

Ils appellent à cet égard les autorités, au niveau local comme national, « à prendre la mesure des difficultés rencontrées par une partie de nos concitoyens », soulignant la nécessité à court terme de renforcer l’entraide entre les communes pour faciliter l’accès aux places existantes au plus grand nombre, à l’échelle départementale par exemple, tout en travaillant à moyen terme à la création de nouvelles places là où c’est nécessaire.

Lundi, le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), avait appelé les autorités françaises à rendre disponibles les espaces d’inhumation des musulmans décédés du Coronavirus.

«Le nombre de victimes de la pandémie de coronavirus ne cesse d’augmenter, laissant de nombreuses familles (de confession musulmane) face à la douleur du deuil et à l’éventualité de ne pas pouvoir inhumer leurs défunts dans le respect de leurs rites. Aujourd’hui, nous nous trouvons face à une crise grave qui appelle une intervention urgente des pouvoirs publics », affirme le CFCM.

Le 23 mars dernier, le CFCM avait demandé « solennellement » au Président Emmanuel Macron, la création de nouveaux espaces d’inhumation pour les musulmans de France.

Par ailleurs, la ministre marocaine déléguée chargée des Marocains résidant à l’étranger, Nezha El Ouafi, a promis que « dès la fin de cette crise nous accompagnerons toutes les familles souhaitant rapatrier les dépouilles de leurs défunts ».