France: le ministre de la Santé assiste à la première prescription de cannabis médical

321
Crédit: AFP.

Le ministre de la Santé Olivier Véran a assisté vendredi à la première prescription de cannabis médical en France pour un patient suivi à l’hôpital de Clermont-Ferrand (centre), a constaté une journaliste de l’AFP.

« C’est un jour important pour l’histoire de la médecine en France puisque notre pays, à compter d’aujourd’hui, commence à reconnaître dans le cadre d’un protocole thérapeutique le cannabis comme étant un membre à part entière de la pharmacopée française », a souligné le ministre de la Santé lors d’un point presse.

Très attendue par les associations de patients, l’expérimentation durera deux ans et concernera à terme 3.000 patients.

« Vous êtes le premier patient français à bénéficier d’un traitement à base de cannabis », a déclaré le ministre à ce patient, qui a expliqué « souffrir depuis 7 ans » en raison des lourds traitements liés à sa maladie.

Ces traitements « comportent des principes actifs dérivés du cannabis, sous forme d’huile qui se boit ou de fleurs de cannabis qui sont à inhaler avec des appareils spécifiques. En aucun cas il ne s’agit de fumer quoi que ce soit », a expliqué M. Véran.

« A l’issue de cette expérimentation, nous serons amenés à procéder à une évaluation scientifique et médicale rigoureuse, de l’efficacité des traitements et des effets indésirables éventuels, pour en étendre – je le souhaite – l’indication en population générale aux patients qui peuvent en relever », a-t-il ajouté.

 

Lire aussi: Voici les maladies qui peuvent être traitées avec le cannabis

 

« Il s’agit d’abord d’évaluer le dispositif d’accès à ce médicament », a expliqué le professeur Nicolas Authier, président du comité scientifique temporaire sur le cannabis à usage médical: « On espère qu’avec cette nouvelle thérapeutique, nous pourrons apporter à ces patients une amélioration de leur qualité de vie ».

Quelque 200 centres de référence dans 170 hôpitaux sont impliqués dans l’expérimentation.

Les patients sont éligibles s’ils souffrent de maladies graves mais seulement « en cas de soulagement insuffisant ou d’une mauvaise tolérance » avec les traitements déjà existants, selon l’Agence du médicament ANSM.

Il s’agit de certaines formes d’épilepsies, de douleurs neuropathiques, d’effets secondaires de la chimiothérapie, de situations de soins palliatifs ou certaines douleurs de la sclérose en plaques.

Des enfants pourront être inclus, en particulier pour des formes d’épilepsie réfractaires aux traitements ou en cancérologie.

Ces médicaments, importés, seront disponibles à différents dosages des substances actives – tétrahydrocannabinol (THC) et de cannabidiol (CBD).

Le cannabis à usage médical est autorisé dans une trentaine de pays au monde. En Europe, les Pays-Bas en ont été les pionniers dès 2003, suivi depuis par 22 pays (sur 27).