Les forces irakiennes prennent aux Kurdes la principale base militaire de Kirkouk

215
Les forces irakiennes à Taza Khurmatu, au sud de Kirkouk, le 15 octobre 2017 . Crédit: AFP

Les troupes gouvernementales ont pris lundi la principale base militaire de Kirkouk, riche province pétrolière au cœur d’un contentieux entre Bagdad et le Kurdistan qui s’est exacerbé depuis la tenue, fin septembre, d’un référendum d’indépendance dans la région autonome.

Après l’échec du dialogue et l’expiration d’un ultimatum fixé par le pouvoir central, l’armée irakienne, conformément au premier objectif fixé par le gouvernement, a fait mouvement dans la nuit de dimanche à lundi, progressant en direction des champs pétroliers de la province et reprenant aux peshmergas –les combattants kurdes– des routes ainsi que des infrastructures de production énergétique et de sécurité.

Si des échanges de tirs ont eu lieu, la progression a été rapide du fait du retrait des peshmergas de l’Union patriotique du Kurdistan (UPK) des positions qu’ils contrôlaient au sud de Kirkouk. L’UPK est rival du Parti démocratique du Kurdistan (PDK) du président kurde, Massoud Barzani.

Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi, commandant en chef des forces armées, avait dans la nuit appelé ses troupes à agir « en coordination avec les habitants et les peshmergas ».

« Les unités antiterroristes (CTS) ont accompli leur déploiement dans la base militaire K1 », au nord-ouest de la ville de Kirkouk, a affirmé en matinée le Commandement conjoint des opérations (JOC), qui regroupe l’ensemble des forces irakiennes engagées dans l’opération « Restauration de la sécurité à Kirkouk ».

Cette base, établie en 2003 par l’armée américaine, était le siège de la 12e division de l’armée irakienne. En juin 2014, profitant de l’offensive éclair du groupe jihadiste Etat islamique (EI), les peshmergas avaient toutefois pris la base, en humiliant les soldats irakiens. Ils les avaient obligés à retirer leurs uniformes en leur jetant des dishdashas (robe masculine) et leur avaient confisqué leurs armes.

‘Progression’

Dans la nuit de dimanche à lundi, les forces irakiennes ont dans un premier temps avancé de quelque 5 km en direction du nord, jusqu’à environ 10 km de la base militaire ainsi que des champs pétroliers qu’ils entendent reprendre.

Les CTS, entrainées par les Etats-Unis, ont aussi pris le plus important point de contrôle à l’entrée sud de la ville de Kirkouk et y ont installé le drapeau irakien à la place du kurde, ont indiqué des témoins.

Dans leur avancée, selon un communiqué publié lundi par le JOC, les forces gouvernementales ont pris le contrôle de plusieurs routes, d’un pont, et de la zone industrielle se trouvant au sud-ouest de la ville de Kirkouk.

A cela s’ajoute, d’après le JOC, le contrôle d' »une infrastructure gazière, d’un poste de police, d’une centrale électrique et la raffinerie qui la jouxte ».

« Les forces poursuivent leur progression », a ajouté le JOC, tout en affirmant « vouloir protéger la vie des habitants de (la province de) Kirkouk, Kurdes, Turcomans et Arabes ».

Il a appelé « tous les employés et la police locale à se rendre à leur travail (…) normalement, sous la protection de la police fédérale ».

Dans la ville de Kirkouk, des familles kurdes apeurées ont toutefois quitté préventivement leur domicile pour se rendre à Erbil et Souleimaniyeh, dans la région autonome, ont constaté des temoins.

Cette offensive a fait éclater au grand jour la crise qui couvait entre l’UPK, qui préférait surseoir au réferendum d’indépendance et engager des négociations avec Bagdad sous l’égide de l’ONU, et le PDK de Massoud Barzani, initiateur de cette consultation populaire marquée par un « oui » massif.

Le sud de la province de Kirkouk est tenu par des peshmergas affiliés à l’UPK tandis que le PDK contrôle le nord et l’est.

Conseiller du président Barzani, Hemin Hawrami a dénoncé sur Twitter des « problèmes internes et des accords ambigus », qui ont mené « des commandants à ordonner à leurs peshmergas de quitter leurs positions », occupées depuis trois ans.

Pierres et crachats

Des vidéos ont montré des convois de peshmergas de l’UPK abandonnant ces positions tandis que des habitants leur crachaient dessus et leur jetaient des pierres.

Les combats ont ainsi été rares: des sources militaires des deux côtés ont rapporté des échanges de tirs de roquettes Katiousha au sud du chef-lieu de la province.

Le Premier ministre Haider al-Abadi, qui répète depuis plusieurs jours ne pas vouloir « mener une guerre » contre les Kurdes, a insisté sur « la protection des citoyens des différentes communautés ».

Le gouvernement a indiqué que les troupes avaient pour mission de « sécuriser les bases et les installations fédérales ».

Dans la nuit, ces combats limités ont fait plusieurs blessés parmi les peshmergas, qui ont été hospitalisés à Kirkouk, a indiqué une source de sécurité locale.

Deux personnes ont été tuées dans des échanges de tirs d’artillerie à Toz Khormatou, a affirmé un médecin de l’hôpital de la ville.

Des sources de sécurité ont affirmé que les forces irakiennes se sont emparées de cette ville mixte turkmène et kurde située à 75 km de Kirkouk, ainsi que de la cité mitoyenne de Dakouk.

Depuis vendredi, les forces irakiennes avaient déjà repris certaines bases désertées peu auparavant par les peshmergas.

Les forces irakiennes se dirigent vers les champs de pétrole de Kirkouk, tenus par Bagdad jusqu’en 2008 pour celui de Khormala et jusqu’en 2014 pour ceux de Havana et Bay Hassan.

Ces trois champs fournissent 250.000 barils par jour sur les 600.000 b/j produits par les Kurdes. Quelque 550.000 b/j sont exportés par le Kurdistan irakien contre l’avis de Bagdad.

Le Kurdistan, qui traverse la plus grave crise économique de son histoire, pourrait lourdement pâtir de la perte de ces champs.

 

Par Ammar Karim / Abdallah IBRAHIM et Ammar KARIM