Crash à Téhéran: une équipe canadienne en route pour l’Iran

148
DR.

Les autorités iraniennes ont annoncé vendredi qu’une équipe canadienne de 10 personnes était « en route pour l’Iran » après le crash d’un Boeing 737 ukrainien mercredi près de Téhéran ayant coûté la vie aux 176 personnes à bord, majoritairement irano-canadiennes.

L’équipe doit « s’occuper des affaires relatives aux victimes canadiennes de ce malheureux accident », indique le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

La venue de cette délégation est un fait rare, Ottawa ayant rompu en 2012 ses relations diplomatiques avec l’Iran en reprochant à la République islamique son soutien au gouvernement de Bachar al-Assad en Syrie.

Mais les Affaires étrangères iraniennes assurent que l’Iran fera tout son possible pour « faciliter » la tâche des pays ayant perdu des ressortissants dans l’accident, pire catastrophe de l’aviation civile en Iran depuis le drame de l’Airbus d’Iran Air (290 morts) que l’armée américaine avait assuré avoir abattu par erreur en 1988.

Alors que Londres et Ottawa affirment que le vol PS752 d’Ukraine Airlines International a sans doute été abattu par un missile iranien, probablement par erreur, le communiqué iranien assure que « les résultats de l’enquête technique [sur les causes de l’accident] seront présentés de manière transparente » au monde entier.

Téhéran rappelle qu’elle compte associer à l’enquête « des représentants de l’Ukraine et de Boeing » ainsi que des experts des pays impliqués dans le drame.