H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelle.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    Après le mois de juin le plus chaud jamais enregistré en Finlande et dans plusieurs régions en Suède, les températures frisent depuis dimanche les records absolus dans le Grand Nord de l’Europe, avec un thermomètre indiquant entre 30 et 35°C.

    A Kevo, tout au nord de la Finlande, un nouveau record de chaleur a été mesuré à 33,5°C dimanche, la température la plus chaude enregistrée dans cette partie du pays depuis le record de 34,7°C en 1914, selon l’agence STT.

    Au niveau national, le mois de juin a été le plus chaud jamais enregistré depuis le début des mesures en 1844, avec une température moyenne de 16,5°C effaçant un record des années 1950, selon l’institut météorologique national.

    En Suède voisine, juin a été de nouveau le plus chaud jamais enregistré à Stockholm (19,3°C en moyenne) effaçant les records de 2018 puis de 2019. « Est-ce qu’on remarque une tendance? Bah, probablement encore une coïncidence », a ironisé sur Twitter la militante écologiste suédoise Greta Thunberg.

    Au niveau national, juin 2021 a été le troisième plus chaud jamais enregistré. En Norvège, l’institut météorologique a enregistré dimanche 34°C à Saltdal, dans un comté proche du cercle polaire, la température la plus élevée enregistrée dans tout le pays cette année. C’est 1,6°C de moins que le record absolu du pays.

    Des « nuits tropicales », signifiant que le thermomètre ne descend pas sous les 20°C, ont également été enregistrées à plusieurs endroits du royaume. L’été 2021 a déjà été marqué par un record absolu de chaleur au Canada, frôlant les 50°C à l’ombre, sous l’effet d’un « dôme de chaleur ».

    Selon un rapport publié en mai, l’Arctique se réchauffe trois fois plus vite que la planète, une poussée du thermomètre plus rapide que ce que l’on croyait et qui est loin d’être terminée.

    Share.

    Comments are closed.