Tanger: le violeur et meurtrier présumé du petit Adnane déféré devant le parquet général

3598
Le petit Adnane avait disparu lundi de son domicile.

Le service préfectoral de la police judiciaire de Tanger a déféré, lundi, devant le procureur général du Roi près la Cour d’appel le suspect principal dans le crime du petit Adnane qui avait été violé, tué et enterré par son agresseur.  

Le suspect, qui a été interpellé dans la nuit du vendredi, est poursuivi en état d’arrestation notamment pour crime d’homicide volontaire sur un mineur avec attentat à la pudeur, à l’issue de sa garde à vue.

Selon les premiers éléments de l’enquête, cet individu de 24 ans avait amené l’enfant, qui vivait dans le même quartier que lui, dans un appartement où il l’a agressé sexuellement et tué avant de l’enterrer, le même jour à la même heure.

Interpellé et placé en garde à vue samedi soir, le suspect, employé dans la zone industrielle de la ville, a ainsi été mis en cause, soupçonné d’homicide volontaire sur un mineur avec agression sexuelle. Selon des sources locales, il s’agirait de l’homme apparaissant en compagnie de la victime dans une vidéo filmée par une caméra de surveillance.

 

Lire aussi. Vidéo. La nuit où le corps du petit Adnane a été découvert

 

La famille de l’enfant avait avisé les services de Sûreté de la disparition du mineur de 11 ans, lundi 7 septembre, avant que les recherches et investigations ne révèlent qu’il s’agissait d’une disparition à caractère criminel.

Les recherches menées par la police judiciaire, appuyée par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) ont abouti à l’identification du suspect, avant qu’il ne soit interpellé et dirigé vers le lieu où il s’est débarrassé de la dépouille.

Trois autres individus, colocataires du suspect, ont également été arrêtés pour dissimulation de crime commis, pour ne pas avoir dénoncé les faits en reconnaissant leur ami sur les séquences vidéo largement diffusés dans le cadre des procédures d’investigation.

Le procureur général du Roi près la Cour d’appel a déféré les suspects devant la première chambre d’instruction de cette Cour pour complément d’enquête.