Deuxième session du Parlement: en 4 mois, presqu'une question orale sur deux est restée sans réponse

La deuxième session de l’année législative, ou session d’avril, a clôturé ses travaux ce mardi. Le ministère des Relations avec le Parlement a publié les chiffres relatifs à l’activité parlementaire dans les deux Chambres.
La seconde session de l’année législative au Parlement a clôturé ses travaux sur un bilan quelque peu décevant. Le nombre des questions orales posées en quatre mois par les députés a atteint le nombre de 972. Le gouvernement a répondu à 385 questions et les autres sont restées sans réponse, même si elles ont été validées par la présidence du Parlement et respecté les procédures en vigueur. Le gouvernement n’a répondu qu’à 30% des questions posées par les élus, ce qui reste faible et peu glorieux pour le Parlement, dont la mission est de contrôler le travail du gouvernement.
Autre chiffre qui reflète le manque d’attention que prête le gouvernement au travail parlementaire, le nombre de questions écrites auxquelles a répondu le gouvernement. Sur 8669 questions écrites, les ministres de Saâdeddine El Othmani n’ont répondu qu’à 4631, soit 53,42%. Malgré l’augmentation significative par rapport aux deux sessions de l’année dernière, ces chiffres restent insuffisants et ne répondent pas aux attentes des parlementaires qui aspirent à plus de respect de l’institution parlementaire.
Côté législation, le président du parlement El Malki a indiqué que le bilan de la Chambre des représentants était «qualitatif». Ainsi, 34 textes approuvés par la représentation nationale, dont 29 projets de loi et cinq propositions de loi. Ceci ramène le nombre des textes approuvés par cette institution au cours de l’année législative à 65, dont deux adoptés lors de la session extraordinaire. Les députés ont présenté 570 amendements aux projets de lois approuvés au cours de la présente session, dont 188 ont été acceptés par le gouvernement, soit 33%.