Prisons. après la mort d’un détenu salafiste, des associations réclament une enquête

60

L’administration de la prison locale de Salé a annoncé la mort d’un prisonnier salafiste à l’hôpital de Rabat. L’homme a été incarcéré suite à une affaire liée au radicalisme religieux et observait une grève de la faim.
Un détenu salafiste est décédé ce lundi dans un hôpital de Rabat, selon un communiqué de la Direction générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR). L’homme a été condamné en appel à sept ans d’emprisonnement terrorisme. Après plusieurs jours de grève de faim en protestation contre sa peine, il avait été transféré à l’hôpital régional de Kénitra le 14 novembre, puis à l’hôpital de Rabat le 15 novembre.
Quelques jours avant son décès, le détenu a reçu deux visites du procureur général auprès de la cour d’appel de Rabat, pour le dissuader de poursuivre sa grève de la faim, rapporte Al Masae dans son édition du mardi 27 novembre. Le défunt a aussi rencontré un représentant du Conseil national des droits de l’homme et des membres de sa famille, mais les tentatives sont restées vaines.
Selon le quotidien arabophone, le comité mixte pour la défense des détenus islamistes a souhaité l’ouverture d’une enquête pour comprendre les circonstances qui ont causé la mort du prisonnier. Dans une déclaration à Al Masae, le porte-parole du comité a expliqué que des associations qui essayent de réunir toutes les données sur cette mort tragique et a accusé la direction de la prison locale d’El Arjate 1 de ne pas prendre au sérieux les conditions de détention.