Oujda: le tribunal refuse la liberté provisoire aux détenus de Jerada

à 16:00

La Cour d’appel d’Oujda a décliné la requête des avocats des détenus du "Hirak de Jerada" portant sur la liberté provisoire à leurs clients.

Le tribunal d’Oujda a reporté le procès des détenus du mouvement de protestations de Jerada au 17 janvier courant, rapporte Al Massae dans son édition du 5 janvier. Le président de la cour a également refusé la liberté provisoire aux détenus malgré les requêtes répétitives de la défense. Le juge a considéré que la présentation de la requête est le droit de la défense, mais a privilégié l’avis du procureur.

Lors  de la prochaine séance, la Cour entendra les réactions de la partie civile et de la défense sur la plaidoirie du parquet. Le ministère public avait répondu aux vices de forme formulés par la défense des détenus. Parmi les points qui ont connu un grand débat entre le parquet et la défense, les accusations de falsification des propos des détenus dans les procès-verbaux.  Des reproches infirmés par le parquet qui assure qu’aucune déclaration n’a été modifiée.

Lire aussi: Détenus de Jerada: le tribunal d’Oujda rend son verdict

Sinistrée depuis la fermeture d'une importante mine de charbon à la fin des années 1990, la ville de Jerada a vécu au rythme de manifestations à la suite de la mort, fin décembre, de deux mineurs dans un puits clandestin, suivie assez rapidement de deux autres décès accidentels.

Les manifestants réclamaient une "alternative économique" aux "mines de la mort" clandestines, dans lesquelles des centaines de mineurs risquent leur vie. Les manifestations ont quasiment cessé depuis deux mois. Pacifique depuis le début, le mouvement avait été marqué par des affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à la mi-mars, ayant fait des blessés des deux côtés.