Mission belge: « Nous sommes capables d’accueillir tous les élèves en présentiel »

6346

« Nous sommes en capacité logistique et pédagogique d’accueillir tout le monde si le présentiel est choisi par la majorité ». Entretien avec Motonobu Kasajima, délégué général de la Fédération Wallonie-Bruxelles au Maroc, soit le représentant de la Belgique francophone et l’autorité de tutelle du réseau d’écoles belges au Maroc (une de niveau fondamental à Rabat, une de niveau fondamental et une niveau secondaire à Casablanca).

 

Que prévoit la mission belge pour cette rentrée scolaire ?

Motonobu Kasajima: Nous allons appliquer les directives du ministère de l’Education nationale, à savoir préparer un enseignement à distance des élèves tous niveaux confondus, et pour les parents qui veulent que leurs enfants soient physiquement présents à l’école, on organisera des cours avec une importante logistique qui se met en place pour assurer la distanciation nécessaire entre les élèves et les professeurs. Nous ne sortons pas des recommandations du ministère.

Comment concrètement allez-vous mettre en place ces directives ?

Nous allons dans un premier temps dialoguer avec les parents parce que la transmission d’un simple formulaire n’est pas suffisante. Nous allons leur expliquer la démarche pédagogique et les principes qui sous-tendent l’action des écoles, en priorité la santé des enfants et le respect des consignes du ministère de l’Education nationale, mais aussi le bien-être de l’enfant. Particulièrement en début d’année scolaire, ce bien-être passe beaucoup par un contact visuel et physique avec un nouveau professeur, de nouveaux camarades de classe, un nouveau local, des nouvelles règles et matières. En ce sens, l’enseignement en présentiel est quand même un élément déterminant pour nous.

Aussi, les équipes de vie scolaire travaillent depuis le début du mois de juillet sur le schéma à adopter. Les consignes du ministère sont arrivées la semaine dernière donc il fallait tenir compte de ces dernières données pour préparer la rentrée. Pour nous, ce qui est important, c’est d’abord de consulter les parents, et ce sera fait via des réunions sur Zoom lundi et mardi prochains. A l’école belge, le partenariat est vraiment un mot-clé, entre parents, enfants et équipe pédagogique. C’est très important pour nous de décider à travers le dialogue de ce qu’on peut faire ensemble.

Un certain nombre de règles vont être mises en place, les règles habituelles, se laver les mains régulièrement, porter un masque à partir de 11 ans, maintenir une distance d’un mètre entre chaque enfant…comme rappelé par le ministre lors de son intervention télévisuelle dimanche dernier.

Nous avons rajouté de notre côté une mesure supplémentaire, la création de «bulles», soit des groupes d’enfants qui correspondent plus ou moins à leurs groupes de classe. On veillera à ce que les enfants ne croisent et ne fréquentent que les membres de cette bulle.

Si parfois les espaces sont trop exigus pour maintenir la distanciation nécessaire, une bulle sera divisée en deux. En tout cas, le noyau de vie de l’élève dans l’école sera pensé autour du concept de «bulle». C’est ce qui est appliqué pour l’instant en Belgique. On constitue des bulles avec un nombre d’élèves déterminé au sein de la bulle et on se tient à ce noyau-là pour la vie en communauté dans l’établissement.

Comment vous organiserez-vous si trop de parents sollicitent le présentiel ?

On mobilisera des espaces plus grands qui permettront, on l’espère, d’intégrer l’ensemble des élèves d’une même classe avec la distanciation nécessaire et même au-delà. Si les locaux ne sont pas suffisants, on divisera par deux et on fera double-classe. Toutes les classes sont déjà physiquement jumelées, séparées par une porte donc cela pourra faciliter le travail de l’enseignant et de son assistant pour encadrer les classes divisées par deux. Ainsi, nous sommes en capacité logistique et pédagogique d’accueillir tout le monde si le présentiel est choisi par la majorité.

Actuellement, les classes sont faites, les horaires en décalé ont été créés, l‘organisation prend bonne forme. On en saura plus mardi sur la proportion de parents désirant le présentiel. En attendant, j’ai rencontré l’ensemble des équipes pédagogiques des deux écoles à Casablanca et de celle à Rabat et je suis assez confiant sur le bon démarrage de l’année. Les équipes sont motivées, confiantes et ne sont pas dans l’angoisse. C’est important car les enfants ont besoin de stabilité et sérénité.

Maintenez-vous le même système d’EAD que pendant celui adopté pendant le confinement ?

Il faudra peut-être le faire évoluer, on verra si on peut proposer une forme d’hybridation et permettre aux enfants qui sont à distance d’intervenir en classe à travers les différents médias. On est en train de mettre cela en place. On travaille en temps réel donc on avance sur ces questions pas à pas.

Pour nous, le maître-mot de cette rentrée, ce sont les « bulles » pour limiter tout contact des enfants à un nombre restreint de camarades. Nous accordons aussi une place essentielle au dialogue avec les parents pour faire les bons choix.