Loi de finances rectificative: la CDT accuse le gouvernement d’austérité

732
Le Chef de gouvernement, Saâd Eddine El Othmani en compagnie de son ministre de l'Economie et des Finances, Mohamed Benchaâboun au parlement. Crédit: DR

La Confédération démocratique du travail (CDT) dénonce l’échec du dialogue social en amont de la publication de la loi de finances rectificative. La centrale syndicale estime par ailleurs que le gouvernement a fait le choix de l’austérité.

«Le gouvernement n’a pas tiré profit des enseignements de l’épidémie de la Covid-19», affirme le CDT dans un communiqué rejetant le contenu de la loi de finances rectificative (LFR) 2020. Plus encore, la confédération estime que la LFR reflète la tendance à l’austérité du gouvernement actuel.

La CDT souligne également que ces mesures sont prises au détriment des classes moyennes et ouvrières. En effet, la nouvelle loi réduit le budget de l’Education, sans augmenter celui accordé à la Santé, dénonce la CDT dans un communiqué relayé par Lakome.

 

Lire aussi: La Chambre des représentants adopte le projet de loi de finances rectificative 2020

 

La LFR manque également de mesures pour maintenir les emplois et ne prévoit pas d’augmenter le volume des investissements publics qui seraient efficaces en réponse à la crise que traverse le pays, selon la CDT.

«Le gouvernement à opter pour des choix faciles», souligne la CDT. La confédération exhorte dans ce sens le gouvernement à soutenir les groupes les plus vulnérables, touchés par les répercussions de l’épidémie et d’institutionnaliser ce soutien pour assurer sa pérennité.

Par ailleurs, la CDT dénonce «les pressions subies par l’institution parlementaire pour l’adoption rapide de la loi de finances rectificative, qui conduira à des lois contraignantes et contraires à la réforme et au changement, approfondissant la crise et créant d’autres crises au lieu de les résoudre».