L'Espagne refuse la nationalité à un Marocain qui a placé Sebta et Melillia «hors d'Espagne»

2562

Bien qu’il réside en Espagne depuis 1999, un Marocain s’est vu refuser la nationalité espagnole car il n’a pas été en mesure de répondre correctement aux questions les plus élémentaires qui pourraient justifier de son intégration.
Quelles sont les danses typiques en Espagne? Quelle est la capitale du pays ? Citez des syndicats espagnols? Quand sont célébrées les Sanfermines? Où se situent Sebta et Melillia? Ce ne sont là que quelques-unes des questions auxquelles devait répondre toute personne souhaitant avoir la nationalité espagnole, mais c’était sans compter sur les réponses d’un Marocain.
Selon Elfarodeceuta, la Chambre du contentieux de la Cour nationale a rejetée la demande de nationalité car elle a estimé que le degré d’intégration du Marocain était insuffisant pour devenir espagnole. En cause: les réponses de ce dernier aux questions. «Je connaissais la sardane en tant que danse typique. Madrid est la capitale de l’Espagne et est située au nord du pays. Les syndicats servent à défendre les travailleurs», a-t-il répondu tout en plaçant les Sebta et Melillia en dehors de l’Espagne.
Le demandeur quant à lui estime qu’après avoir résidé depuis 1999 en Espagne, son degré d’intégration était suffisant pour obtenir la nationalité. «Je suis en Espagne depuis longtemps et ce que j’apprécie le plus dans ce pays, c’est la Catalogne et la Costa Brava», ajoute le site d’information. Il avoue qu’il ne lit pas beaucoup de journaux, mais qu’il «lisait des livres».
Pour ce qui est des paroles de l’hymne espagnol, le Marocain affirme ne pas connaître la musicalité. Dans sa déclaration, il a dit qu’il était au courant qu’il y avait des élections tous les quatre ans et connaissait qui était le chef du gouvernement. Pour ce qui est des fêtes nationales, l’homme qui briguait la nationalité espagnole affirme qu’il ne savait pas la date de la célébration de la fête nationale, ni celui de la fête du travail.