Les Marocains tournent-ils le dos à la religion?

DR.

Selon un sondage pour la BBC News Arabic réalisé par le réseau de recherche Arab Barometer, 13% de Marocains se déclarent non-religieux entre fin 2018 et printemps 2019 contre 4% en 2013.

En moyenne, ce nombre est passé dans la région MENA de 8 à 13% sur la même période. L’augmentation est la plus forte chez les moins de 30 ans, parmi lesquels 18% s’identifient comme non religieux.

Pour réaliser cette enquête, plus de 25.000 personnes ont été interviewées dans 10 pays arabes et territoires palestiniens. Il en ressort que le nombre d’Arabes (Moyen-Orient et Afrique du Nord) se disant ne plus être religieux va croissant. Les questions ont porté sur des sujets aussi variés que les droits des femmes, la migration, la sécurité ou encore la sexualité.

Les Marocains, plutôt favorables aux droits des femmes

Concernant la vie publique, 74% des Marocains acceptent l’idée qu’une femme peut être présidente ou premier ministre d’un pays. Côté vie domestique, ils sont les plus nombreux de la région MENA à considérer que la femme peut prendre des décisions dans son foyer. Seulement moins de la moitié de la population estime que le mari devrait avoir le dernier mot dans toutes les décisions familiales.

Homosexualité: acceptation mitigée

A ce sujet, 25% des Marocains considèrent le crime d’honneur acceptable, en deuxième position après l’Algérie. Toutefois, les Marocains sont également la deuxième communauté la plus nombreuse à trouver l’homosexualité acceptable avec un chiffre de 21% (26% en Algérie).

Anti-Trump

Donald Trump est le plus détesté au Maroc, avec 0% de Marocains déclarant voir d’un œil positif le président américain, soit l’unique pourcentage nul parmi les communautés interrogées. Le président turc Recep Tayyip Erdogan est vu favorablement par près de 60% de la population contre 25% pour le chef d’Etat russe Vladimir Poutine.

 

Lire aussi : États-Unis-Iran: les (dernières) déclarations chocs de Donald Trump

 

En moyenne, 12% des interviewés dans la région MENA déclarent avoir un avis positif sur Donald Trump, soit le chef d’Etat le moins apprécié avant Poutine (28%) et Erdogan (51%). Seulement le Liban, la Libye et l’Egypte ont placé la politique de Vladimir Poutine devant celle d’Erdogan.

Sécurité internationale: Israël, la plus grande menace

27% des Marocains interrogés estiment qu’Israël est le pays représentant la plus grande menace pour leur stabilité et leur sécurité nationale (32% ne déclarent aucun pays). Après Israël, les États-Unis ont été identifiés comme la deuxième plus grande menace dans la région, et l’Iran et l’Arabie saoudite à égalité au troisième rang.

L’émigration, une option de plus en plus envisagée

43% des Marocains envisagent d’émigrer, contre 33% en 2013. Le Maroc se place ainsi dans les trois premiers pays arabes sondés dont l’envie d’émigrer a le plus augmenté entre 2013 et le printemps 2019. Parmi ces 43%, 64% visent les pays européens, 12% l’Amérique du Nord, 10% la région MENA, 5% les pays du Golfe et 26% d’autres pays.