La DGAPR dément les allégations sur la grève de la faim de deux détenus du Hirak du Rif

30

L’administration de la prison locale de Bourkaiz à Fès a démenti, mardi, les allégations selon lesquelles les détenus (A.F) et (I.G), incarcérés dans le cadre des événements d’Al Hoceima, seraient entrés en grève de la faim.

Suite à des informations relayées sur les réseaux sociaux concernant l’observation d’une grève de la faim par deux détenus pour « protester contre leur incarcération avec des détenus dangereux », l’administration de la prison affirme qu’aucun des détenus concernés n’est entré en grève de la faim ni porté plainte contre les fonctionnaires de l’établissement pénitentiaire ou les autres détenus, indique la Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR).

En plus, ajoute la même source dans un communiqué, les deux détenus assistent de manière régulière à des cours de formation professionnelle.

Ces allégations constituent une tentative d’instigation de certaines parties suspectes pour servir des agendas n’ayant aucun lien avec l’intérêt des deux détenus, conclut la DGAPR.