Les « hors-la-loi » réagissent à la grâce royale accordée à Hajar Raissouni

Crédit: Fadel Senna/AFP.

Pour le collectif des « hors-la-loi », l’affaire Hajar Raissouni est close, mais «la lutte continue pour toutes celles et ceux qui subissent encore ces lois injustes au quotidien». Le Collectif affiche sa volonté de militer pour que «ces lois arbitraires et moyenâgeuses soient enfin abrogées».

Après l’annonce de la grâce royale accordée à la journaliste Hajar Raissouni, condamnée à un an de prison ferme pour «avortement» et «débauche», au même titre que son fiancé, les réactions ont fusé de part et d’autre. Les « hors-la-loi » ne sont pas en reste.

 

Lire aussi:Vidéo. Grâce royale de Raïssouni: les réactions à chaud

 

Dans un communiqué publié ce jeudi 17 octobre, le collectif considère que bien que «Hajar, son compagnon et son médecin sont libres», «entre temps, le débat s’est ouvert, les langues se sont déliées et la lutte continue pour toutes celles et ceux qui subissent encore ces Lois injustes au quotidien ».

«Nous allons maintenir cet élan. Et assumer notre responsabilité en tant que citoyennes et citoyens, en nous saisissant de tous les outils mis à notre disposition par la Constitution et les nouveaux canaux de mobilisation, pour que ces lois arbitraires et moyenâgeuses soient enfin abrogées », souligne le collectif.

Considérant que «ce n’est que le début», les adhérents de ce mouvement assurent que «maintenant plus que jamais, toutes et tous hors-la-loi, jusqu’à ce que la loi change».