Diapo. Rabat: violente répression d’une manifestation du personnel infirmier

3817
Crédits : MITSAM

Devant le siège du ministère de la Santé à Rabat, une manifestation pacifique du personnel infirmier et des techniciens de la santé a été «violemment dispersée». On compte plusieurs blessés parmi les manifestants. Les syndicats exigent l’ouverture d’une enquête.

«La manifestation menée samedi 14 novembre s’est heurtée à une répression sécuritaire, entraînant des dizaines de blessures, des dommages psychologiques et physiques dans les rangs de ceux qui ont porté, pendant près d’un an, le fardeau de l’épidémie du nouveau coronavirus», dénonce le Mouvement des infirmiers et des techniciens de santé au Maroc (MITSAM), organisateur du sit-in, dans un communiqué.

Les forces de l’ordre ont justifié leur intervention lors de la manifestation qui a eu lieu devant le siège du ministère de la Santé à Rabat, en invoquant l’état d’urgence sanitaire. Pour leur part, les manifestants ont souligné que ce sit-in «respectait toutes les mesures de précaution, en conformité avec l’état d’urgence», poursuit le communiqué du MITSAM.

 

Lire aussi: Covid-19: les infirmiers en colère après la multiplication de cas de contaminations dans leurs rangs

 

L’Organisation démocratique de la Santé a elle aussi exprimé son mécontentement face au «processus d’intervention sécuritaire violent», lors «d’une manifestation pacifique durant dans laquelle les mesures de précaution préventives ont été respectées», indique Al Yaoum24.

Le syndicat condamne ainsi ses agissements en soulignant qu’ils engendrent «des répercussions négatives avec la création d’une image négative de notre pays spécifiquement au niveau des droits de l’homme». Il a dans ce sens appelé le gouvernement à ouvrir une enquête pour déterminer les circonstances d’une telle l’intervention violente, poursuit la même source.

Ce sit-in était l’occasion pour le personnel infirmier et les techniciens de la santé de réclamer à nouveau une indemnisation quant aux risques encourus par l’épidémie, en plus d’une réforme globale de la profession.