Coronavirus: en Israël, le ministre ultra-orthodoxe de la Santé sous le feu des critiques

Yaakov Litzman, ministre israélien de la Santé. DR/

Lui-même testé positif au nouveau coronavirus, le ministre israélien de la Santé Yaakov Litzman est sous le feu des critiques pour une gestion jugée « catastrophique » de la crise au sein de sa propre communauté ultra-orthodoxe, devenue l’incubateur national de la pandémie.

Le gouvernement israélien a été l’un des premiers le mois dernier à restreindre l’accès à son territoire pour lutter contre la propagation du virus, avant d’ordonner la fermeture des lieux publics et le confinement.

Mais dans certains secteurs ultra-orthodoxes, ces mesures strictes se sont heurtées à la réticence des habitants qui n’ont pas respecté la distanciation sociale et ont continué à se rendre dans les synagogues et les yeshivot (écoles talmudiques), que des rabbins n’ont d’abord pas fermé malgré l’ordre des autorités.

Sur les 9.000 malades officiellement recensés, plus du tiers sont ainsi des ultra-orthodoxes, une minorité religieuse représentant 10% de la population de l’Etat hébreu.

 

 

Surpeuplée et sous blocus, Gaza enregistre ses premiers cas de coronavirus

 

 

Les autorités ont donc durci les règles sanitaires dans leurs quartiers, voire bouclé une ville comme Bnei Brak, près de Tel-Aviv, et dépêché l’armée pour assister les autorités civiles.

Pour certains observateurs, les difficultés de  Litzman, 71 ans, à faire comprendre l’ampleur de la crise à ses pairs est symptomatique de la division de la société israélienne entre les ultra-orthodoxes et les autres.

« Il est incroyable d’avoir un ministre de la Santé dont l’idéologie repose au fond sur la mentalité +nous contre eux+ adoptée par les haredim (ultra-orthodoxes) vis-à-vis des Israéliens moins religieux », estime le rabbin Yehoshua Pfeffer.

Selon cet expert de la communauté ultra-orthodoxe, Litzman est avant tout loyal aux rabbins de la secte hassidique Gur, à laquelle il appartient. Viennent ensuite son parti politique, « Judaïsme unifié de la Torah », allié du Premier ministre Benjamin Netanyahu, et le gouvernement.