Ce que risque Nasser Zefzafi après son arrestation

Arrêté ce lundi par la police, le leader du Hirak Nasser Zefzafi risque jusqu’a 3 ans de prison pour avoir interrompu le prêche du vendredi. Détails.
C’est conformément à l’article 221 du Code pénal que Nasser Zefzafi sera jugé. Ce dernier prévoit une durée d’emprisonnement de six mois à 3 ans, en plus d’une amende allant de 100 à 500 dirhams.

«Quiconque entrave volontairement l’exercice d’un culte ou d’une cérémonie religieuse, ou occasionne volontairement un désordre de nature à en troubler la sérénité est puni d’un emprisonnement de six à trois ans et d’une amende de 100 à 500 dirhams», peut-on lire sur l’article 221 du Code pénal.

Vendredi dernier, en plein prêche dans la mosquée du quartier Diour Almalik à Al Hoceima, Nasser Zefzafi arrache le micro de l’Imam et scande: «Est-ce que les mosquées sont pour Dieu ou pour le Makhzen»?

Un acte jugé irrespectueux de la part des autorités locales. Le soir même, le procureur de roi a lancé un mandat d’arrêt contre lui.

Nasser Zefzafi a été transféré par la BNPJ à Casablanca, annonce un communiqué du procureur général près la cour d’appel d’Al Hoceima. « Les personnes arrêtées feront l’objet d’une enquête, sous la supervision du parquet général, pour présumé acte concernant l’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat et d’autres actes constituant des crimes en vertu de la loi », conclut le communiqué.