841 hectares touchés par des feux de forêts en 2018

847
DR.

Une superficie totale de 841 hectares (ha) a été touchée par des feux de forêts en 2018, année durant laquelle un total de 343 incendies ont été recensés, selon un bilan fourni jeudi par le Centre national de gestion des risques climatiques forestiers.

Si entre les deux dernières décennies, le taux d’incendies par an a augmenté de 17%, le taux de la superficie moyenne brûlée a diminué de 13% (3.372 à 2.928 ha/an) et le taux de superficie moyenne brulée par incendie a, à son tour, baissé de 31% (8 à 5,5 ha/incendie), a souligné le président du centre, Fouad El Assali, lors d’une réunion du comité directeur chargé de la prévention et de la lutte contre les incendies de forêts.

Au cours de cette rencontre, le Haut-commissaire aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification, Abdeladim Lhafi, a indiqué qu’en termes de superficie moyenne touchée par incendie, le Maroc se trouve en bonne position par rapport aux pays du bassin méditerranéen qui enregistrent une moyenne dépassant les 16ha/incendie. Il a à cet égard relevé que le nombre d’incendies augmente pratiquement de 20% comparativement à la moyenne des dix dernières années et que la superficie incendiée est constituée majoritairement (62%) de strate herbacée et d’essences secondaires.

Lire aussi: Vidéo. Deux incendies ravagent une forêt à Tanger

« Cette réunion offre l’opportunité de procéder à une lecture analytique de toutes les actions et tous les résultats, d’essayer de consolider ce qui marche et de corriger les dysfonctionnements qui peuvent surgir, ainsi que de s’assurer que tout le dispositif est mis en place pour l’année 2019, en termes de protection, de nettoyage des forêts, pistes forestières et miradors de surveillance qui constituent des éléments essentiels pour la protection de la forêt », a-t-il fait observer.

Il s’agit également, selon lui, de s’assurer de l’efficacité du dispositif de lutte contre les incendies, à savoir les dispositifs aériens ou terrestres, en plus des principaux points de coordination et le régime de surveillance informatique pour le calcul du risque qui se fait à partir du mois de mai jusqu’au mois d’octobre, deux fois par jours, permettant d’avoir une forme de proactivité par rapport à la lutte contre les incendies.