La revue de presse du mardi 11 mai

1771

Les élections professionnelles au temps du télétravail, les ambitions écologiques de Casablanca, les Marocains bloqués à l’étranger autorisés à rentrer, Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mardi:

L’Economiste

Élections professionnelles: situation inédite pour les sociétés en télétravail.

Pour lutter contre la propagation du coronavirus, certaines entreprises ont adopté le télétravail pour l’ensemble de leurs salariés. Du coup, elles se retrouvent devant une situation inhabituelle. En effet, les élections professionnelles devant aboutir à la désignation des représentants des délégués du personnel ne pourront se tenir qu’en présentiel. Ces entreprises devront donc regagner leurs locaux le temps d’organiser le scrutin. Le challenge sera d’obtenir au moins 50% des électeurs inscrits. A défaut, un second tour devra être organisé dans un délai de 10 jours. Les résultats seront réputés valides quel que soit le nombre de votants.

Maroc le jour

La salle des marchés de l’ONEE, opérationnelle avant fin 2021.

L’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) a annoncé que sa salle des marchés sera opérationnelle avant la fin de cette année. « Suite à la réalisation, conformément au calendrier prévisionnel, des deux premières phases du projet, le démarrage des activités de la salle des marchés de l’ONEE est prévu à partir du mois de novembre 2021 », précise l’Office dans un communiqué à l’issue d’une réunion du comité de pilotage de ce projet, présidée, à Casablanca, par le directeur général de l’Office, Abderrahim El Hafidi. Cette réunion a été ainsi l’occasion pour M. El Hafidi de s’informer de l’état d’avancement de cet ambitieux projet.

Aujourd’hui le Maroc

EEP: les délais de paiement sur un trend baissier.

Le secteur public améliore son processus de paiements. Les délais affichent désormais une tendance baissière. Une performance portée par les actions engagées par les opérateurs publics visant la consécration de l’exemplarité de l’État. Ce n’est pas gagné, du fait que des insuffisances persistent encore. Certains opérateurs doivent redoubler d’efforts pour se hisser au rang des bons payeurs et améliorer par conséquent leurs relations avec leurs partenaires. De même, une profonde réflexion s’impose pour engager des solutions à la fois innovantes et adaptées à cette problématique notamment pour le secteur privé où la recrudescence des dettes inter-entreprises impacte les PME et TPE. Au niveau des établissements et entreprises publics, les délais de paiement déclarés ont suivi une tendance baissière. Ils sont passés de 55,9 jours en décembre 2018 à 42 jours en décembre 2019.

L’Opinion

Casablanca se veut plus écologique.

Certains efforts ont été fournis en matière d’aménagement de la ville dans un sens plus écologique. Jusqu’à présent, plusieurs travaux ont été réalisés, dont la réhabilitation du parc de la Ligue Arabe, parc historique de la ville blanche, et le plus grand espace vert urbain d’Afrique depuis le début du siècle dernier, avec une superficie de plus de 30 hectares. Il répondra ainsi aux standards les plus contemporains en termes de protection de l’environnement, d’équipements et de loisirs. Par ailleurs, le coût de cette réhabilitation s’est élevé à 100 millions de dirhams, dans un partenariat entre la Commune de Casablanca, le Conseil de Région et la Direction Générale des Collectivités Locales.

Al Alam

Les Marocains bloqués à l’étranger autorisés à rentrer.

Dans une circulaire du ministère du Tourisme adressée aux compagnies aériennes, il a été décidé d’autoriser les ressortissants marocains bloqués à l’étranger d’accéder au territoire national. La procédure, validée par les services compétents marocains, précise les conditions d’accès au territoire national des ressortissants marocains qui a pris effet dès samedi dernier. Parmi les documents à présenter à l’enregistrement pour le vol figurent notamment un test PCR négatif de moins de 48 heures et un justificatif d’une réservation confirmée dans les structures hôtelières désignées par les autorités locales.