La revue de presse du samedi 2 janvier

3043
DR.

Le gouvernement continue d’indemniser le secteur touristique, le trafic portuaire en hausse en 2021, le phosphate se porte bien… Voici les principaux titres développés par la presse nationale hebdomadaire :

La Vie Éco

Tourisme: on continuera à limiter la casse sociale tant que la pandémie perdure.

Selon plusieurs sources concordantes, l’indemnité forfaitaire versée par l’Etat pour préserver le tissu touristique des méfaits de la Covid-19 sera prolongée jusqu’à la fin du premier trimestre 2021. Les tractations entre le ministère du tourisme et le ministère des Finances vont dans ce sens, et, selon nos informations, un accord de principe a été conclu. Cela signifie que les efforts entrepris actuellement par le ministère de tutelle, et par les professionnels aussi, se sont officiellement écartés de la prospection et de la promotion. En d’autres termes, on limitera la casse sociale tant que la pandémie perdure. Pour ce qui est du développement commercial à l’échelle nationale et régionale, il faudra encore patienter. Actuellement, l’ouverture des lignes aériennes internes, ayant connu une recrudescence en période des fêtes, a été bien accueillie par les destinations sinistrées, mais cela ne sera pas suffisant.

Trafic portuaire: L’ANP prévoit une hausse de 3,6% en 2021.

Le trafic portuaire continuera son trend haussier durant l’année prochaine pour atteindre 95 millions de tonnes (MT), soit une hausse de 3,6% par rapport aux prévisions de réalisations 2020, a indiqué, lundi à Rabat, la directrice générale de l’Agence Nationale des Ports (ANP), Nadia Laraki. S’exprimant lors du Conseil d’Administration de l’ANP, présidé par le ministre de l’Equipement, du transport, de la logistique et de l’eau, Abdelkader Amara, Laraki a précisé que l’Agence mobilisera 2,2 milliards de dirhams (MMDH) d’investissements pour la période 2021-2023, dont 802,6 millions de dirhams (MDH) au titre de l’année 2021, indique un communiqué du ministère. En ce qui concerne les indicateurs financiers, elle a fait savoir que le chiffre d’affaires de l’Agence au titre de l’année prochaine dépassera les 2 MMDH, affichant une nette amélioration par rapport aux prévisions de réalisation de 2020. Parallèlement, Laraki a indiqué que les ports relevant de l’ANP ont montré une grande agilité face à la crise sanitaire liée à la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19).

Le Temps 

ONU: le Maroc fait adopter une résolution sur l’institution du Médiateur.

L’Assemblée générale des Nations Unies a approuvé à l’unanimité, lors de sa 75e session à New York, la résolution onusienne amendée relative « au rôle de l’ombudsman, du médiateur et des autres institutions nationales de défense des droits de l’Homme dans la promotion et la protection des droits de l’Homme », présentée par le Maroc grâce un effort remarquable de sa représentation permanente auprès de l’ONU, avec un grand soutien international. Dans un communiqué, le Médiateur du Royaume indique que cette initiative, adoptée le 16 décembre à New York comme consécration des efforts de l’institution de médiateur en coordination avec l’Institut international de l’ombudsman, constitue une étape importante pour asseoir des relations de coopération entre les institutions de médiateurs et les ombudsmans, ainsi que les organes des Nations-Unies, consolider sa position en la matière, réaliser davantage de rayonnement du Royaume et pour renforcer leurs rôles dans la défense des droits du citoyen dans sa relation avec l’administration et la consécration des principes de bonne gouvernance.

Le migrant marocain envoie en moyenne 50.000 DH chaque année au bercail.

L’étude du HCP a analysé les transferts d’argent effectués par les migrants actuels vers le Maroc. Il en ressorts qu’au cours des 12 mois précédant l’enquête, environ 83,4% d’entre eux ont déclaré avoir transféré de l’argent vers le Maroc (83,8% des hommes et 81,5% des femmes). Globalement, les bénéficiaires sont en premier lieu les parents (69,9%), la mère (38,1%) et le père (31,8%), suivis du conjoint (17,5%), des enfants (3,3%) et d’autres personnes au Maroc (9,3%). Selon le HCP, le montant annuel moyen d’argent envoyé par les migrants actuels atteint 47.500 DH.

L’Observateur du Maroc et d’Afrique

Pas de crise pour le phosphate.

Après une légère baisse de sa valeur ajoutée au premier trimestre 2020 (-0,4%), le secteur extractif a affiché un solide rebond de son activité au troisième trimestre 2020, indique la DEPF en ligne avec la hausse de son indice de production de 3,8%, après +7,6% au 2e trimestre et une légère baisse de 0,4% au 1er trimestre de la même année, portant sa croissance a 3,7% à fin septembre 2020, après +2,8% un an plus tôt. Parallèlement à cette évolution, la production de phosphate roche, principale composante de ce secteur, s’est accrue au troisième trimestre 2020 de 5%, après 2,3% il y a une année.

L’industrie se porte bien.

L’industrie marocaine se porte bien, malgré le contexte particulier de la crise du Covid-19, a affirmé mercredi à Rabat, le Ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Économie Verte et Numérique, Moulay Hafid Elalamy. « En août 2020, tous les secteurs ont enregistré des hausses supérieures à celles observées durant la même période de l’année précédente, à l’exception de l’aéronautique qui a connu une baisse de 14% », a fait savoir Elalamy lors de la rencontre « Carrefour Diplomatique », avec des Ambassadeurs étrangers accrédités au Maroc. A partir de juillet 2020, la majorité des secteurs industriels a dépassé les niveaux atteints en 2019, a-t-il noté, relevant toutefois que malgré ce redémarrage, nous n’allons pas retrouver des niveaux supérieurs sur l’ensemble de l’année, comparativement à 2019, compte tenu de l’impact de l’arrêt de l’activité sur l’industrie marocaine.

Al Ayam

Plainte des trois institutions sécuritaires contre des individus établis à l’étranger pour outrage envers des fonctionnaires et les corps constitués.

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) et la Direction générale des études et de la documentation (DGED) ont porté plainte devant le Parquet près le tribunal de première instance de Rabat contre des individus établis à l’étranger pour outrage à des fonctionnaires publics lors de l’exercice de leurs missions et envers les corps constitués, ainsi que pour dénonciation calomnieuse et crimes fictifs et diffusion d’allégations et de faits mensongers et diffamation. Un communiqué conjoint des trois institutions sécuritaires indique que la présentation de cette plainte devant les autorités judiciaires compétentes intervient dans le cadre de l’exercice du droit d’ester en justice garanti à ces institutions et de la mise en œuvre du principe de la « Protection de l’Etat » assuré aux fonctionnaires de sûreté, suite aux agressions verbales proférées à leur encontre lors de l’exercice de leurs missions, et à la multiplication des actes de diffamation et d’outrage commis par les personnes dénoncées.