Le vaccin contre le covid, nouvel atout de poids sur les sites de rencontres

404

En quelques semaines, être vacciné contre le covid-19 est devenu un argument de poids sur les sites de rencontres: certains l’utilisent pour mieux conclure, d’autres s’en servent pour montrer leur foi en la science et éloigner les anti-vaccins.

Samantha Yammine, qui relaie sur Twitter beaucoup de problèmes de santé, raconte avoir vu plusieurs messages d’hommes vaccinés se disant « totalement sûrs pour contact rapproché ». Signe qu’ils espèrent tirer avantage de ce sésame encore inaccessible au plus grand nombre, notamment aux jeunes adultes.

« La chose la plus désirable sur un site de rencontre en ce moment, c’est d’avoir eu le vaccin », explique Michael Kaye, responsable de la communication de la plateforme OkCupid.

Ainsi, 43% des quelque 1.500 utilisateurs de la plateforme de rencontres « Coffee Meets Bagel » interrogés, se disaient davantage attirés par une personne qui se déclarait vaccinée.

La journaliste Sarah Kelly, qui n’a pas encore reçu la précieuse injection, a dit sur Twitter avoir récemment subi « le rejet le plus 2021 », lorsqu’un homme vacciné sur un site de rencontre lui a asséné: « T’es cool, mais j’ai trouvé quelqu’un qui est aussi vacciné! »

Ils sont des dizaines, sur les réseaux sociaux, à imaginer, entre humour et esprit d’entreprise, une appli de rencontres qui serait réservée aux heureux bénéficiaires de doses des vaccins Pfizer-BioNTech ou Moderna.

 

Lire aussi : La vaccination anti-Covid élargie aux personnes âgées de 65 ans et plus (ministère)

 

Contactée par un vacciné, Kimberly Te, qui ne l’est pas elle-même, n’a pas embrayé. « Il n’avait eu qu’une dose, donc pour moi, il n’était pas protégé du covid », dit-elle.

De manière générale, elle n’accorde aucune confiance à un inconnu qui se targuerait d’être vacciné. « Je ne connais pas ces gens, donc je n’ai aucune raison de les croire, en pleine pandémie. »

En outre, comme le souligne Cristina Vanko, qui a vu la mention « vacciné » se multiplier sur les sites de rencontres, « il existe encore peu d’études sur la transmission (du virus) par les individus vaccinés ».

« Le vaccin aide surtout celui qui est vacciné », sans protéger automatiquement les personnes avec lesquelles il serait en contact, dit-elle.

« Electrochoc »

Pour Brittany Biggerstaff, croisée sur Twitter, les personnes qui se disent vaccinées n’attirent pas tant pour leur immunité au virus que pour leur foi en la science. « Ça donne une idée des opinions et des connaissances scientifiques d’un partenaire potentiel », dit-elle.

« Ça signale que c’est quelqu’un qui fait attention au covid-19, ce qui est probablement de nature à rassurer un peu l’autre », abonde Dawoon Kang, co-fondatrice de la plateforme Coffee Meets Bagel.

Dans un pays divisé, polarisé, même le « dating » peut être politique. Sur le site de forums de discussion Reddit, quelques internautes se moquent de « toutes ces femmes » vaccinées croisées sur les applications de rencontre, « qui sont des cobayes pour les géants pharmaceutiques », selon l’expression d’un internaute.

« Je me sers des prises de positions sur les vaccins et les masques pour éviter ces idiots qui font tout ce qu’on leur dit », renchérit un autre, représentatif des vaccino-sceptiques.

S’il attire certains, le vaccin en fait donc fuir d’autres.

Vaccinés ou pas, après quasiment un an de vie sociale ralentie, voire suspendue, l’appétit de rencontres est là, alors que se présente dimanche la Saint-Valentin.

« Les gens veulent quelqu’un à leurs côtés, même virtuellement », explique Michael Kaye, d’OkCupid. Ainsi, chez les femmes, les « likes » sont en hausse de presque 10% (8,8%) par rapport à la même période de l’an dernier, dit-il.

 

Lire aussi : Décryptage. Vaccins: quelle efficacité contre le coronavirus ou ses variants?

 

Depuis le début de la pandémie, les sites de rencontre ont fait évoluer leur offre, avec une accélération de la conversation vidéo, marginale jusqu’ici, et une montée en puissance des cafés virtuels et autres apéros-rencontres.

La pandémie a mis en avant l’échange verbal et la correspondance avant la rencontre physique, inscrivant de fait la relation dans le temps, au détriment de rendez-vous immédiats et, parfois, sans lendemain.

« Beaucoup de gens nous disent: je réfléchis davantage, (…) je suis plus franc avec mes +matches+ (les contacts via le site) sur ce que je veux », dit Dawoon Kang.

Pour la dirigeante de Coffee Meets Bagel, site qui prône les rencontres ayant « du sens », la pandémie aura, de ce point de vue, été « un électrochoc ».

Parmi les internautes qui s’inscrivent sur la plateforme, plus de 90% disent chercher une relation de long terme, dit-elle. « C’est le plus haut niveau que nous ayons jamais vu. »