La revue de presse de ce jeudi 22 février

Publié le
La revue de presse de ce samedi 14 avril
© H24info

Nizar Baraka : «Le Maroc consomme les réserves d’eau des générations à venir» ; Mondial 2030: les puissances internationales courtisent le Maroc ; L’aide sociale directe touche 3,5 millions de familles ; Rabat: le bras de fer entre la maire et ses opposants s’intensifie ; Le Maroc appelé à accélérer les réformes budgétaires et structurelles ; Blocage au port d’Algésiras: les exportateurs marocains s’organisent… Voici une sélection de sujets traités par  la presse nationale ce jeudi. 

Le Matin

Nizar Baraka : «Le Maroc consomme les réserves d’eau des générations à venir» 

Du stress hydrique, le Maroc est passé à une situation de pénurie hydrique, et la courbe d’apport en eau par habitant devrait tomber à 500 mètres cubes par habitant par an d’ici 2030, alors qu’elle était de 2.560 mètres cubes par habitant par an durant la seconde moitié du siècle dernier. Une situation extrêmement critique qui a rendu inévitable, d’après le ministre de l’Équipement et de l’eau, Nizar Baraka, un changement de paradigme et une mobilisation énergique pour y faire face.

L’Economiste

Mondial 2030: les puissances internationales courtisent le Maroc 

L’organisation de la Coupe du monde 2030 de football au Maroc suscite les appétits des opérateurs économiques mondiaux. Des puissances internationales courtisent le Royaume pour décrocher des marchés dans les grands chantiers qui seront lancés. Advantage Austria, section commerciale de l’ambassade d’Autriche à Rabat, annonce l’organisation, mardi 27 février, d’un forum intitulé «Maroc-Autriche: Infrastructure Mondial Foot 2030». Une quinzaine d’entreprises autrichiennes de renommée internationale feront le déplacement pour prendre part à cette rencontre. «Ces entreprises souhaitent participer aux grands chantiers du Maroc à travers des partenariats et des joint-ventures avec des entreprises et des acteurs du secteur public du Royaume, en vue de l’organisation de la Coupe du monde de football 2030», soulignent les organisateurs.

L’Economiste

L’aide sociale directe touche 3,5 millions de familles 

Qui aurait cru il y a encore quelques mois que l’aide sociale directe allait rapidement se concrétiser. Désormais, ce soutien qui était très attendu par les Marocains, est une réalité depuis la fin décembre dernier. En effet, des millions de familles attendent la fin du mois pour recevoir les versements sur leurs comptes bancaires. Si à la fin de décembre 2023, seuls un peu plus de 1 million de familles ont bénéficié des aides sociales directes, la population ciblée a augmenté progressivement. En effet, en janvier dernier, le nombre des bénéficiaires a plus que doublé pour atteindre 2,65 millions de familles. Cette tendance ascendante n’est pas terminée. Pour ce mois de février, on s’attend à voir plus de 3,5 millions de familles bénéficier de ce soutien direct.

L’Economiste

Rabat: le bras de fer entre la maire et ses opposants s’intensifie 

Le conflit opposant Asmaa Rhlalou, maire de Rabat, et la quasi-majorité des membres du conseil de la ville connaît un nouveau rebondissement. Après le rejet du projet du budget de l’année 2023, les élus contestataires passent à une autre étape de leur stratégie visant à fragiliser la position de lamaire en vue de la pousser à présenter sa démission de la tếete de la mairie. Sur 81 membres du conseil de la ville, 63 ont signé une requête à travers laquelle ils réclament à la maire la tenue d’une session extraordinaire de leur conseil. La requête a été déposée, en présence des médias, mardi dernier au bureau d’ordre de la commune de Rabat. En plus des élus de l’opposition, cette requête a été également paraphée par les conseillers de la majorité dont figuraient ceux du parti de la maire, à savoir le RNI. L’ordre du jour de cette session est déjà défini par les élus signataires avec 6 points proposés à la délibération. Le choix de ces points vise à remettre en cause la gestion de la maire et certaines décisions initiées et adoptées par la majorité dès le début de son mandat, est-il constaté.

Les Inspirations éco

Le Maroc appelé à accélérer les réformes budgétaires et structurelles 

Une mission du FMI au Maroc salue la reprise économique du pays, avec une croissance attendue à 3,5% en 2024. Le Fonds appelle cependant à consolider les finances publiques via des réformes fiscales et budgétaires. Il préconise aussi d’accélérer les réformes structurelles afin de stimuler l’investissement privé, la création d’emplois et de rendre la croissance plus inclusive. Le Fonds salue les réformes en cours dans la santé, l’éducation, les énergies renouvelables et la gestion de l’eau, qui devraient améliorer les services publics, encourager la transition énergétique et réduire les pénuries d’eau.

Les Inspirations éco

Blocage au port d’Algésiras: les exportateurs marocains s’organisent 

Après avoir rejoint le mouvement européen des agriculteurs en colère, les fermiers espagnols, à travers leurs trois principaux syndicats agricoles, l’ASAJA, l’UPA et la CAOG, ont annoncé une manifestation de grande ampleur, pour aujourd’hui jeudi, visant le blocage du port d’Algésiras, premier point d’entrée des exportations marocaines vers l’Union Européenne (UE). Un blocage à coup de tracteurs qui ne sera pas sans incidence sur les acheminements de fruits et légumes marocains vers le marché communautaire européen. Il fait suite par ailleurs aux dernières attaques, nommément en France, dont les produits marocains ont fait l’objet, dans le cadre du mouvement de mobilisation des agriculteurs. Au sein des entités professionnelles, COMADER, FIFEL et AMTRI, les prévisions de blocage ont été déjà communiquées aux groupes exportateurs, aux transitaires et aux transporteurs afin d’anticiper d’éventuelles répercussions sur l’origine Maroc. Il faut savoir que ce sont 600 à 700 camions transportant des produits agricoles marocains qui sont actuellement immobilisés sur le sol européen.

Les Inspirations éco

Sécurité sociale: l’AMO fait tanguer l’informel 

Dans les bastions traditionnels du travail non déclaré, l’assurance- maladie exerce une attractivité qui pousse les opérateurs, un peu sous la pression des employés, à sortir de l’informel. L’effet est visible au cours de ces trois dernières années. Le nombre de salariés déclarés à la CNSS a bondi de 500.000 depuis 2021 pour culminer à 4 millions l’an dernier..

L’Opinion

Stress hydrique: «Nous menons une course contre le temps» 

C’est une véritable course contre la montre que mène actuellement le gouvernement afin de garantir durablement l’approvisionnement en eau des régions les plus menacées par le stress hydrique. La priorité est de faire disparaître le risque qui plane sur Casablanca et les régions environnantes. D’ici l’été prochain, il ne devrait y avoir plus de problème dans la région qui a été sauvée, en décembre 2023, grâce à l’interconnexion des bassins de Bouregreg et de Sebou, selon le ministre de l’Equipement et de l’Eau, Nizar Baraka, qui a été l’invité de l’Alliance des Ingénieurs Istiqlaliens lors d’un forum organisé à Casablanca. Le Ministère de tutelle parie sur une stratégie d’anticipation et une gouvernance intégrée pour aller jusqu’au bout du programme d’urgence. Autoroutes de l’eau, dessalement, optimisation des nappes phréatiques, réglementation des forages… Autant de projets dont la réalisation passe à la vitesse supérieure.

L’Opinion

Inflation durable et pauvreté en expansion… OXFAM tire la sonnette d’alarme

Les pressions inflationnistes subies par le Maroc touchent de plein fouet le pouvoir d’achat des ménages, déjà étouffés par la succession des chocs conjoncturels. C’est ce qui ressort du dernier rapport d’OXFAM Maroc, intitulé « Les Champions de l’inflation » qui zoome sur les inégalités socio-économiques et leurs impacts sur les populations vulnérables en ces temps de crise. Il en ressort que « 3,2 millions de Marocains sont venus s’ajouter aux cohortes déjà denses des classes défavorisées et vivent désormais en dessous du seuil de la pauvreté », lorsque les dépenses des ménages sont estimées à 18.940 dirhams par an. Tout en listant une série de recommandations, l’ONG place son espoir en l’action gouvernementale.

L’Opinion

Le Maroc présidera la 55ème session ordinaire du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies 

Le Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies (CDH) tiendra sa 55e session ordinaire à Genève du 26 février au 5 avril, sous la présidence de l’ambassadeur, représentant permanent du Maroc à Genève, Omar Zniber. La session connaîtra la participation du Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, António Guterres, du Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, Dennis Francis, du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme, Volker Türk, ainsi que d’Ignazio Cassis, chef du Département fédéral des affaires étrangères de la Suisse, indique un communiqué du CDH. Le Conseil examinera plus de 100 rapports présentés par le Secrétariat des Nations Unies et le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme, par des experts des droits de l’Homme et par d’autres organes d’enquête concernant de nombreux thèmes et intéressant la situation des droits de l’Homme dans près de 45 pays, précise la même source.

Assabah

La DGI poursuit les influenceurs 

La direction générale des impôts a dressé, avec l’aide de l’Office des Changes, une liste de créateurs de contenus sur les réseaux sociaux qui possèdent des biens ou reçoivent des revenus de l’étranger. Au cas où ils rechigneraient à s’acquitter de leur devoir de citoyens, la DGI engagera à leur encontre la procédure de recouvrement forcé. Plusieurs youtubeurs et autres créateurs de contenu sur les réseaux sociaux ont reçu cette mise en demeure. La Direction des impôts est entrée dans la base de données de l’Office des Changes pour accéder aux noms et aux données personnelles des créateurs de contenu sur les réseaux sociaux qui disposent de priorités et de biens à l’étranger, ainsi que ceux qui disposent de revenus importants venant également de l’étranger.

Al Akhbar

Taza: la prison pour un directeur d’hôpital, un médecin et 11 fonctionnaires 

La Chambre criminelle près la Cour d’appel de Fès, chargée des crimes financiers, a rendu son verdict dans une affaire de détournement de fonds publics, d’abus de confiance, de vol et de corruption à l’hôpital provincial Ibn Baja de Taza. La sentence rendue par le juge, après les délibérations de la Cour, les plaidoiries des avocats de la défense des accusés et le réquisitoire du représentant du ministère public, mentionne, que «le directeur de l’hôpital Ibn Baja de Taza et un fonctionnaire au même établissement public, ont été condamnés à une peine de quatre ans de prison ferme chacun, assortie d’une amende de 30.000 dirhams». Par ailleurs, «deux fonctionnaires et un infirmier audit établissement public se sont vu infliger une peine de 18 mois de réclusion criminelle, assortie d’une amende de 10.000 dirhams chacun».

La rédaction vous conseille

Les titres du matinNewsletter

Tous les jours

Recevez chaque matin, l'actualité du jour : politique, international, société...

La revue de presse de ce jeudi 22 février

S'ABONNER
Partager
S'abonner