Transport routier: le Maroc riposte à la franchise de carburant espagnole

5429
DR.

Pour entrer sur le territoire marocain, les transporteurs espagnols doivent désormais présenter un contrat de coopération avec une société marocaine. 

Prenant effet ce mardi 27 octobre, cette décision du ministère de l’Equipement, du Transport et de la Logistique intervient en riposte à l’interdiction imposée aux camions TIR marocains d’entrer en Espagne avec une réserve de gasoil supérieure à 200 litres, sous peine d’une amende de 700 euros.

Ainsi contraints à se ravitailler en carburant espagnol (plus cher que le marocain), le produit marocain perd nettement en compétitivité alors même que l’Espagne est la porte d’entrée principale du Maroc vers le marché de l’Union européenne.

La réactivation de cette franchise carburant datant de 1992 entame une « guerre économique » voire diplomatique entre les deux royaumes puisqu’elle menace l’économie marocaine à plusieurs niveaux; la compétitivité du produit marocain sur le marché européen, mais également l’activité des transporteurs et des pétroliers marocains.

 

Lire aussi : Près de la moitié des fruits et légumes consommés en Espagne proviennent du Maroc

 

Pour contrer cette perte, le Maroc a décidé de renforcer le contrôle des « semi-remorques isolées en charge originaires de l’Espagne » en rappelant l’obligation de présenter un contrat de coopération avec une entreprise marocaine pour permettre le débarquement des dits semi-remorques au port de Tanger Med.

« L’entrée au territoire marocain sera interdite à toute société ne disposant pas de contrat de coopération avec une société marocaine. Le contrôle sera basé sur les cartes grises et les copies de contrats », précise la note d’information diffusée par la Direction des opérations import/export du port de Tanger Med.

Face à cette « concurrence déloyale », les professionnels des secteurs concernés appellent urgemment le ministère des Affaires étrangères à prendre en charge ce dossier « pour enclencher une action au niveau des instances de l’UE », rapporte nos confrères de Médias24 qui mentionne que ce dossier ne concerne pas que le Maroc mais aussi toute l’UE.