Tanger: nouvelle usine de câbles automobiles pour 19 millions d'euros d'investissement

3920
DR

Le spécialiste français des câbles pour l’automobile et les réseaux data et télécoms « ACOME » a inauguré, mercredi à la zone franche de Tanger, son nouveau site industriel dédié à la production de câbles automobiles, pour un investissement de l’ordre de 19 millions d’euros.
Cette usine, qui s’étale sur une superficie de 17.000 m2 et prévoit 130 postes d’emploi, est la première filiale en Afrique du groupe dans le domaine du câblage automobile avec une capacité de production estimée à 1,5 millions kilomètres de fils et câbles.
Dans une déclaration à la MAP, le secrétaire d’État chargé de l’Investissement auprès du ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Économie numérique, Othman El Ferdaous, a souligné qu’il s’agit d’une usine de câblage de haute technicité dans l’industrie automobile, mettant en exergue « la montée en technologies et en valeur ajoutée dans l’industrie marocaine ».
L’arrivée d’ACOME témoigne ainsi de l’intérêt qu’accordent les petites et moyennes entreprises (PME) étrangères à l’investissement au Maroc, a-t-il indiqué, ajoutant que la ville de Tanger est devenue, autour de Tanger Med, une plateforme avec un cocktail explosif de facteurs de compétitivité qui attirent les industriels, puisqu’ils bénéficient d’un accès direct au marché mondial.
M. El Ferdaous a également fait remarquer que la firme française a dimensionné son projet avec « beaucoup d’ambition », ce qui démontre « la vraie confiance » des opérateurs économiques dans l’avenir du secteur automobile au Maroc, rappelant que le Maroc ambitionne de réaliser 100 milliards d’exportations automobiles, avec un taux d’intégration de 65%. Il a, en outre, expliqué que l’avantage compétitif de la plateforme marocaine est la qualité du partenariat public-privé, à travers notamment la notion d’écosystèmes industriels qui associe à la fois l’État, les fédérations professionnelles, les opérateurs économiques et les instituts de formation professionnelle, précisant que l’action de son département, en concertation avec les différents intervenants, permet d’anticiper les besoins éventuels et les évolutions du secteur automobile.
De son côté, le PDG du groupe ACOME, Jacques De Heere, a affirmé que la construction de ce site à Tanger a nécessité un investissement colossal pour avoir l’une des usines les plus performantes qui met en œuvre les dernières technologies des files et câbles pour les faisceaux électriques de véhicules, soulignant que 75% de la production de l’usine sera destinée à l’export. Et de poursuivre que l’industrie automobile marocaine a réussi à capter sur son territoire la production de 25% de la zone Europe de faisceaux automobiles, estimant qu’il s’agit « d’une véritable success-story pour l’industrie marocaine et la politique du Royaume dans ce secteur ».
Dans ce sens, M. De Heere a affirmé qu’ACOME veut absolument s’inscrire dans cette démarche de développement, se disant « très confiant » quant à l’avenir du secteur puisque « l’usine aura à termes une capacité de livrer 1,5 million de véhicules, non seulement au Maroc mais aussi en dehors de ses frontières ».
Pour sa part, le président du Conseil de surveillance de l’Agence spéciale Tanger-Méditerranée (TMSA), Fouad Brini, a assuré que l’ouverture de cette usine consacre le succès de la vision du roi Mohammed VI qui consiste à développer un complexe intégré à Tanger, lequel comprend un port, des zones franches et industrielles et différentes sortes de routes, précisant qu’il s’agit là d’une « success-story » d’un écosystème industriel.
M. Brini s’est de même arrêté sur le bilan positif de la plateforme portuaire Tanger Med et des zones franches y relevant au cours de l’année précédente, ce qui consacre, a-t-il dit, la position de Tanger Med comme un pôle industriel et logistique au service de l’économie.