Financement des entreprises: le roi reçoit Benchaaboun, Jouahri et Benjelloun

4314
DR.

Le roi Mohammed VI a présidé, ce lundi 27 janvier au palais royal de Rabat, la cérémonie de présentation du programme intégré d’appui et de financement des entreprises. Trois conventions ont été signées devant le souverain.

Le roi Mohammed VI a reçu en audience le ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Benchaâboun, le gouverneur de la Banque centrale (Bank Al-Maghrib), Abdellatif Jouahri ainsi que le président du Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM), Othman Benjelloun.

Au cours de cette audience qui a connu la signature  de trois conventions relatives au programme intégré d’appui et de financement des entreprises, le ministre de l’Economie et des Finances, Mohammed Benchaâboun, a remis au souverain des documents relatifs à ce programme.

Ce programme s’articule autour de trois principaux axes, à savoir le financement de l’entreprenariat, la coordination des actions d’appui et d’accompagnement de l’entreprenariat au niveau des régions et l’inclusion financière des populations rurales, a poursuivi Benchaâboun, notant que ce programme comporte plusieurs mesures destinées à contenir et à dépasser les difficultés qui entravent l’accès au financement des jeunes porteurs de projets et des très petites et petites entreprises.

Le ministre de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, a affirmé qu’il a été procédé, au titre de ce programme, à la création d’un Compte d’affectation spéciale «Fonds d’appui au financement de l’entrepreneuriat» dans le cadre de la loi de finances 2020. « Ledit fonds est doté d’une enveloppe de 6 Milliards de DH répartie sur une durée de 3 ans, financée à parts égales par l’Etat et le secteur bancaire », a-t-il précisé.

Ce Fonds, qui mobilise d’importantes ressources financières, bénéficiera principalement aux jeunes porteurs de projets et aux petites et moyennes entreprises afin de leur permettre d’accéder au financement, outre le soutien des entreprises actives dans le domaine de l’export, a ajouté Benchaâboun, faisant observer qu’il favorisera également une intégration économique et professionnelle des travailleurs du secteur informel.

Cadre incitatif et interactif

Il s’agit, selon le ministre, d’un nouveau cadre incitatif et intégré, basé sur des dispositifs de garantie, de financement, de capital investissement et d’assistance technique, mis en place au profit des très petites entreprises, des petites et moyennes entreprises, des jeunes porteurs de projets et jeunes entreprises innovantes et des auto-entrepreneurs, outre la révision et l’amélioration de l’appui destiné aux entreprises exportatrices, notamment en direction de l’Afrique, comme exprimé dans le discours du Souverain.

Benchaâboun a assuré, à cet égard, que son département adoptera, en collaboration avec Bank Al-Maghrib et le secteur bancaire, une approche davantage volontariste, notamment en termes de simplification des procédures, de facilitation des conditions de garanties en éliminant les garanties personnelles, et de réduction des coûts des crédits, faisant savoir que ce programme «contribuera chaque année à la création d’environ 27.000 nouveaux postes d’emplois et à l’accompagnement de 13.500 entreprises supplémentaires».

Pour assurer plein succès à ce programme, Benchaâboun a indiqué qu’il sera procédé à la création de commissions au niveau des régions, qui seront chargées de la coordination et du suivi de l’exécution des mesures relatives à l’accompagnement entrepreneurial.

Lire aussi: Ahmed Reda Chami préconise la création de 30.000 PME en 5 ans

Il a, en outre, indiqué que le ministère de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration oeuvrera avec Bank Al-Maghrib à l’accélération de la mise en application de la stratégie nationale d’intégration financière, soulignant que les parties concernées oeuvreront, dans un premier temps, au renforcement de leur action dans le monde rural.

De même, le ministère de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration veillera, en coordination avec Bank Al Maghrib, au suivi de la mise en oeuvre de ce programme, à travers l’établissement de rapports périodiques qui seront soumis au souverain, a-t-il conclu.

Rappelons que le roi Mohammed VI avait demandé dans son discours d’ouverture de la session parlementaire d’accorder une attention particulière au financement des activités économiques.