Covid-19: des cafés fermés pour non-respect des règles de sécurité sanitaire

5434
Crédit. Ayoub Ouajib

La reprise est difficile pour les restaurateurs et cafetiers. Si certains ont pu rouvrir, d’autres ont été fermés pour non-respect des mesures de sécurité sanitaire dans plusieurs villes du royaume. Une situation dénoncée par l’Association nationale des propriétaires de cafés et restaurants (ANPCR).

Les ministères de l’Intérieur et du Tourisme engageront le dialogue, cette semaine, avec l’Association nationale des propriétaires de cafés et restaurants (ANPCR). Une rencontre qui intervient plusieurs semaines après la reprise officielle.

Mais depuis, certains établissements ont été sommés de fermer, principalement dans les villes de Rabat, Casablanca et Tanger, nous confie le président de l’ANPCR, Nourreddine Harrak. En cause: le non-respect des règles de sécurité sanitaire, imposées pour freiner la propagation du Covid-19 dans le pays.

«Il y a eu des cas de non-respect de la distanciation sociale, au sein des cafés et restaurants. Entant qu’association nationale, nous ne pouvons défendre ces comportements hors-la-loi. Il faut garder à l’esprit que nous sommes encore en pleine pandémie mondiale, et qu’avant d’être des professionnels du secteur, nous sommes des citoyens qui doivent se plier à ces règles, en plus de les faire respecter au sein des établissements», dénonce le président de l’ANPCR.

 

Lire aussi: Diapo. Casablanca: soulagés, cafetiers et restaurateurs se remettent au travail

 

Toutefois, «ce qui n’est pas acceptable, c’est que notre gouvernement n’a pas préparé le terrain en amont», dénonce notre interlocuteur. «Aucun guide pratique n’a été adressé aux professionnels du secteur. De plus, nous avons à maintes reprises demandé à nous réunir avec les autorités, mais le gouvernement s’est contenté de nous annoncer la date de fermeture et de réouverture», poursuit-il.

Les demandes de l’ANPCR seront enfin prises en compte lors de ces premières rencontres avec les autorités, souligne Nourreddine Harrak. «Au cours de cette semaine, nous aurons l’occasion d’engager le dialogue avec le ministère de l’Intérieur et celui du Tourisme, en espérant pouvoir également rencontrer les responsables au sein du ministère du Travail, car plusieurs zones d’ombre persistent», affirme-t-il.

Des rencontres décisives donc, qui permettront aux restaurateurs et cafetiers de présenter leurs demandes pour garantir une reprise dans de meilleures conditions, conclut le président de l’ANPCR.

Il est à noter, que les fermetures de cafés et restaurants sont opérées dans le cadre d’une vaste campagne menée par les autorités locales afin de veiller au respect des mesures de sécurités au sein des cafés et restaurants, mais aussi dans les salons de beauté, indique de son côté Hespress.