Bank Al-Maghrib maintient les taux et injecte de la liquidité dans le circuit

Tenue ce mardi 24 septembre, la troisième réunion trimestrielle de l’année du conseil de Bank Al-Maghrib a opté pour la stabilité en maintenant le taux directeur à 2,25 %. En revanche, BAM a décidé d’injecter du cash (près de 11 milliards de dirhams) en réduisant le taux de la réserve monétaire de 4% à 2%.

 

Inflation 

Le Conseil a relevé qu’après s’être établie à 1,9% en 2018, l’inflation a nettement ralenti, se situant à 0,2% en moyenne sur les huit premiers mois de l’année. En cause la volatilité des prix des produits alimentaires. Sur l’ensemble de l’année, elle devrait se stabiliser à 0,4%.

En 2020, elle s’accélérerait à 1,2%, tirée par sa composante sous- jacente qui, sous l’effet notamment de la reprise attendue de la demande intérieure, atteindrait 1,6% après 0,7% prévu en 2019.

 

Croissance 

 

 

Tenant compte de la révision à la baisse en raison du recul de 3,2% de la valeur ajoutée des produits agricoles, de l’estimation de la récolte céréalière de la campagne 2018/2019 à 52 millions de quintaux, la valeur ajoutée agricole reculerait de 4,7%, ramenant ainsi la croissance de l’économie nationale à 2,7% en 2019, après 3% un an auparavant.

Pour 2020, la banque table sur une amélioration de la croissance à 3,8%, avec une stabilité du rythme des activités non agricoles à 3,6% et un accroissement de la valeur ajoutée agricole de 6,3%, sous l’hypothèse d’une production céréalière de 80 millions de quintaux.

 

Matières premières

 

 

Sur les marchés des matières premières, impactés par la montée des inquiétudes entourant la demande mondiale, les prix du pétrole se sont inscrits globalement au cours des derniers mois dans un mouvement baissier, ponctué par des épisodes de forte volatilité. Le cours du Brent en particulier est revenu à 64,8 USD/bl en moyenne sur les huit premiers mois de l’année, en baisse de 9,4% en glissement annuel. Il devrait ressortir à 63,7 USD/bl en moyenne en 2019 et se situer légèrement au-dessus de 60 USD/bl en 2020.

Pour ce qui est des phosphates, le prix du brut s’est établi au cours des huit premiers mois de l’année à un niveau plus élevé globalement par rapport à la même période en 2018. Il devrait, selon les dernières prévisions de la Banque mondiale datant du mois d’avril dernier, terminer l’année 2019 sur une moyenne de 105 USD/t et évoluer proche de ce niveau en 2020. Quant aux engrais phosphatés, les cours ont poursuivi leur tendance baissière, sous l’effet de l’affaiblissement de la demande mondiale. Sur l’ensemble de l’année, ils 2 ressortiraient en moyenne à 370 USD/t pour le DAP et à 340 USD/t pour le TSP et augmenteraient légèrement à 377 USD/t et 343 USD/t respectivement en 2020.

 

Emploi

 

Sur le marché du travail, les créations nettemplois entre les deuxièmes trimestres de 2018 et de 2019 se sont limitées, selon les données du HCP, à 7 mille postes, résultat d’une perte de 176 mille dans l’agriculture et d’une hausse de 183 mille dans les activités non agricoles, principalement les services. Tenant compte d’une diminution de 0,6% de la population active, le taux d’activité est revenu de 47% à 46% et le taux de chômage a reculé de 0,6 point à 8,5%.