Vidéo. Alexandre Benalla de nouveau surpris à Marrakech, au bord d'une piscine chicha au bec

à 13:14
Credits: DR

Alexandre Benalla semble aimer Marrakech. Après une dernière apparition au Lotus club de la ville rouge le mois dernier, le voici cette fois-ci surpris sur un transat autour de la piscine du Nikki Beach, où plusieurs clients l'auraient aperçu le 17 mars dernier avec chicha et coupe de champagne.

Usul, notamment chroniqueur pour Mediapart, partage sur son compte Tweeter la vidéo Snapchat de "Hic75" dans laquelle on peut voir Alexandre Benalla, t-shirt blanc et pantalon noir, s'installer au bord de la piscine qui s'avère être celle du Nikki Beach de Marrakech.

Lire aussi : France: Alexandre Benalla va être remis en liberté

CheckNews/Libération a retrouvé la source d’Usul, surnommée «hic75» sur le réseau Snapchat. Ce dernier prétend avoir obtenu la vidéo d’un ami présent au bord de la piscine du Nikki Beach dimanche 17 mars dernier. Selon "Hic75", "c’était bien Alexandre Benalla, qui a été installé par un serveur, qui lui a servi une chicha et une bouteille de champagne. Il a passé son temps au téléphone", rapporte Libération.

Une nouvelle audience dans le cadre de l'enquête sur les violences du 1er-Mai

Par ailleurs, l'ex-collaborateur du président Emmanuel Macron est arrivé au tribunal de grande instance de Paris dans la matinée, accompagné de son avocate, a constaté une journaliste de l'AFP. Selon des sources proches du dossier, il devait être interrogé par les juges saisis du dossier des violences commises en marge du défilé du 1er mai à Paris, alors qu'Alexandre Benalla participait à des opérations de police comme observateur.

Lire aussi : Alexandre Benalla placé en détention provisoire, après la révocation de son contrôle judiciaire

Pour rappel, le 19 février, un juge des libertés et de la détention avait décidé de le placer en détention provisoire pour ne pas avoir respecté son contrôle judiciaire, une décision infirmée une semaine plus tard par la cour d'appel de Paris.

Demain, le Bureau du Sénat doit statuer sur la demande de saisine de la justice formulée par la commission d'enquête sénatoriale sur cette affaire, qui empoisonne l'exécutif depuis 8 mois.