Vidéo. Des Emiratis réclament le retour de la mosquée de Cordoue aux mains des musulmans

2846
DR.

La dénaturalisation de certains monuments historiques et religieux est au cœur des débats. Plus de sept siècles plus tard, la reconversion de la grande mosquée de Cordoue en église est dénoncée par les Émirats arabes unis, qui demandent qu’elle soit rendue aux musulmans.

La toute première prière musulmane dans l’ex-basilique Sainte-Sophie a lieu ce vendredi 24 juillet. La reconversion du monument le plus visité d’Istanbul en mosquée a suscité la controverse, rouvrant ainsi le débat sur la conservation des biens patrimoniaux dans le monde.

Si l’UNESCO a regretté «vivement la décision des autorités turques», insistant sur «la préservation de l’universalité du patrimoine mondial», d’autres voix ont salué cette décision. Plus loin encore, d’autres ont tenté d’ouvrir les discussions enterrées sur les reconversions lointaines d’autres monuments.

 

Lire aussi: Vidéo. Première prière du vendredi à Sainte-Sophie reconvertie en mosquée

 

C’est le cas des Émirats arabes unis qui ont plaidé pour la reconversion de la cathédrale de Cordoue en mosquée, telle qu’elle a été auparavant. C’est le Sultan bin Mohammed al-Qasimi, émir de Charjah, qui évoque le sujet lors d’une interview accordée à Sharjah News le 16 juillet. Sans détour, l’émir demande que la mosquée-cathédrale de Cordoue soit rendue aux musulmans. «C’est un cadeau pour ceux qui ne le méritent pas, car c’est la propriété des musulmans», enchaîne-t-il.

Si aujourd’hui, le nom ecclésiastique de la mosquée de Cordoue est « Notre-Dame de l’Assomption », cette dernière a subi de nombreuses rénovations et transformations au fil du temps. En effet, celle-ci était dans un premier temps un temple romain dédié au dieu Janus, avant de devenir au cours du VIe siècle une église. Sous Abd al-Rahman Ier, fondateur omeyyade de l’émirat de Cordoue, l’église sera transformée en mosquée et sera ainsi considérée comme le monument le plus  emblématique de l’art des Omeyyades de Cordoue. Avec la Reconquista, la mosquée est finalement convertie en église au XIII siècle et le demeurera jusqu’au jour d’aujourd’hui.

Au sujet de l’ex-basilique Sainte-Sophie, l’UNESCO a jugé d’«important d’éviter toute mesure de mise en œuvre qui ne serait pas préalablement discutée avec l’UNESCO et qui entrainerait des conséquences sur l’accès physique, sur la structure du bâti, sur les biens mobiliers et sur le mode de gestion du site».  Ceci pouvant constituer une violation des règles issues de la Convention du Patrimoine mondial de 1972.