Vidéo. L'actrice porno Stormy Daniels poursuit Donald Trump en justice

5722
Crédit: DR

L’actrice de films X a décidé d’attaquer Donald Trump. Elle affirme que le président américain n’a jamais signé le pacte de non-divulgation concernant leur relation qui aurait duré de 2006 à 2007 alors qu’il était déjà marié à Melania Knauss.
La star de cinéma pour adultes Stormy Daniels a déposé plainte auprès du tribunal de l’État de Californie le 6 mars, affirmant que le pacte de non-divulgation concernant sa relation intime supposée avec Donald Trump est invalide. Stormy Daniels, dont le vrai nom est Stephanie Clifford, a signé cet accord le 28 octobre 2016, soit le mois précédant l’élection présidentielle. Elle souhaite aujourd’hui faire invalider la clause de confidentialité parce que le Président lui-même ne l’aurait pas paraphé, bien que son avocat, Michael Cohen, l’ait fait.
«La plaignante demande un ordre de ce tribunal déclarant que l’accord n’a jamais été formé et qu’il n’existe pas, entre autres parce que Donald Trump ne l’a jamais signé», déclare cette plainte dévoilée par son avocat, Michael Avenatti, sur Twitter.


La plainte précise que Stormy Daniels et le président américain ont eu une relation intime entre l’été 2006 et 2007 et qu’ils se retrouvaient notamment à Lake Tahoe et à l’hôtel Beverly Hills, en Californie. «L’accord imposait diverses conditions et obligations non seulement pour Mme Clifford mais aussi pour D. Trump. Il demandait également la signature de toutes les parties, y compris celle de D. Trump», est-il écrit dans le document que CNN et NBC News ont pu se procurer. «Comme il est de coutume, il était clair à tout moment qu’à moins que toutes les parties signent les documents requis, l’accord de confidentialité, avec tous ses termes et conditions, serait nul», poursuit le texte.
Lorsque Donald Trump, cité sous le nom de David Dennison dans l’accord, s’est porté candidat à la présidentielle, de nombreuses femmes se sont manifestées pour raconter leurs rencontres avec lui. Michael Cohen serait alors intervenu pour empêcher notamment Stephanie Clifford de se manifester. Selon la plainte, à partir de janvier 2018 et de l’émergence de «détails de l’accord» dans les médias, «Michael Cohen, à travers des tactiques de coercition et d’intimidation, a forcé Mme Clifford à signer une fausse déclaration où elle stipulait que les informations sur une relation avec DonaldTrump étaient fausses». Il aurait notamment effectué un virement de 130.000 dollars au bénéfice de Stormy Daniels, nommée Peggy Peterson dans le pacte. Michael Cohen a confirmé qu’un versement avait été fait, mais a refusé à plusieurs reprises de dire à NBC News à quoi il avait servi.
«Vers le 13 février, Michael Cohen a diffusé un communiqué sur Stephanie Clifford et l’existence d’un accord de confidentialité sans son consentement» et autour du 27 février «Michael Cohen a sournoisement démarré une procédure d’arbitrage bidon contre Stephanie Clifford à Los Angeles (…) sans l’en avertir», souligne la plainte.
La Maison-Blanche n’a pas souhaité répondre immédiatement à la demande de commentaire formulée par les deux médias américains. Donald Trump n’a jamais abordé publiquement la supposée relation. D’autant plus que le milliardaire a épousé Melania Knauss en 2005 et que leur fils, Barron, est né en mars 2006. Le porte-parole de la Maison Blanche, Raj Shah, a déclaré aux médias qu’il n’avait jamais demandé au Président ce qu’il en pensait.
Dans un communiqué, la Maison-Blanche avait, en janvier 2018, catégoriquement démenti toute rencontre à caractère sexuel entre Donald Trump et Stormy Daniels. «Il s’agit de vieilles infos recyclées, qui ont été publiées et démenties avec véhémence avant l’élection», avait assuré un responsable de la présidence.

Avec AFP