Vaste opération européenne contre la propagande en ligne de Daech

Les autorités judiciaires et policières européennes ont mené du 21 au 24 novembre une vaste opération commune contre la propagande en ligne de l’organisation terroriste dite « Etat islamique » (EI), ayant permis de paralyser la diffusion de milliers de contenus, a annoncé lundi l’agence européenne de police criminelle « Europol ».

Cette opération, menée dans le cadre d’une enquête de la justice belge et coordonnée par Europol avec le soutien d’Eurojust (Unité de coopération judiciaire de l’Union européenne), a permis l’identification et la suppression de « 26.000 éléments liés à du contenu soutenant l’EI », a précisé Europol dans un communiqué.

Capitalisant sur le succès de cette action d’envergure réalisée en collaboration avec 12 Etats membres de l’UE et 9 fournisseurs de services en ligne, Europol a affirmé qu’elle continuera d’œuvrer à la promotion de partenariats public-privé plus étroits, afin de lutter contre la diffusion de la propagande terroriste en ligne et d’aider les autorités policières des États membres de l’UE à empêcher l’utilisation d’internet à des fins terroristes.

Commentant l’opération, le parquet fédéral belge a relevé que grâce à cette action commune à l’échelle européenne « de nombreux comptes ont été désactivés et des sites web ont été mis hors d’état de nuire ».

« Pour autant que nous sachions, le groupe EI n’est pour l’instant plus actif sur internet », a ajouté le parquet.

Par ailleurs, dans le cadre de cette opération, la police espagnole a arrêté aux Iles Canaries un homme soupçonné de faire partie des « principaux diffuseurs » de la propagande en ligne de l’EI.