Obsèques de Soleimani: « plus de trente morts » dans une bousculade

780
.DR

Une bousculade a fait plusieurs morts mardi lors de l’enterrement du général iranien Qassem Soleimani dans le sud-est de l’Iran où une foule nombreuse s’était rassemblée, réclamant vengeance aux cris de « Mort à l’Amérique », pendant l’hommage au militaire tué en Irak par une frappe américaine.

« Malheureusement, un certain nombre de personnes […] ont perdu la vie », a déclaré sur la télévision d’Etat, Pir Hossein Koulivand, chef du service national des urgences iranien, sans autre détail dans un premier temps.

Le centre de Kerman, ville natale de l’officier qui doit y être enterré dans l’après-midi, était envahi mardi par une marée humaine semblable à celles ayant déferlé dimanche et lundi à Téhéran et dans les autres villes où les cercueils du général et de ses compagnons d’armes tués avec lui ont transité pour un hommage populaire.

 

Lire aussi: Assassinat de Soleimani: l’Iran classe « terroristes » toutes les forces américaines

 

Chef de la Force Qods, unité d’élite chargée des opérations extérieures des Gardiens de la Révolution (l’armée idéologique iranienne), Soleimani était l’architecte de la stratégie de l’Iran au Moyen-Orient. Il a été tué vendredi par une frappe de drone américain devant l’aéroport de Bagdad.

Pour ailleurs, le Parlement iranien a pour sa part adopté mardi en urgence une loi classant toutes les forces armées américaines comme « terroristes » après l’assassinat de Soleimani.

Il a pour ce faire amendé une loi récente qui déclarait « terroristes » les forces américaines déployées de la Corne de l’Afrique à l’Asie centrale en passant par le Moyen-Orient. La dénomination est désormais étendue à l’ensemble des forces américaines, aux responsables de l’assassinat de Soleimani, et à toute personne physique ou morale impliquée dans sa mort.

 

Lire aussi: Trump menace de frapper 52 sites en Iran

 

« Le martyr Qassem Soleimani est plus puissant et vivant maintenant qu’il est mort », et « plus dangereux pour l’ennemi », a assuré le chef des Gardiens devant les cercueils de l’officier et de son bras droit, le général de brigade Hossein Pourjafari, exposés parmi des gerbes de fleurs sur la place Azadi de Kerman.