Vidéo. Hong Kong : affrontements près du Bureau de liaison chinois

à 8:39

La police de Hong Kong a utilisé dimanche du gaz lacrymogène et des balles en caoutchouc pour disperser des manifestants à proximité du Bureau de liaison chinois qui réclament plus de démocratie.

 

 

Des dizaines de milliers de personnes ont bravé l'interdiction de manifester instaurée par les autorités en arpentant les rues de la mégapole.

Des centaines de manifestants ont atteint les abords du Bureau de liaison chinois, avant de se heurter aux policiers antiémeutes qui gardaient le bâtiment et ont utilisé lacrymogène et balles en caoutchouc.

Les manifestants ont riposté par des jets de briques et de pierres, puis ont été repoussés par une charge des policiers armés de matraques.

Le mouvement de protestation contre le gouvernement local pro-Pékin, qui entre dans sa huitième semaine, a été marqué pour le deuxième jour consécutif par des affrontements, après des violences samedi au cours d'une manifestation, également interdite.

Le Bureau de liaison du gouvernement chinois à Hong Kong avait déjà été la cible, une semaine auparavant, de jets d'oeufs et de graffitis. Pékin avait dénoncé des actes "intolérables" et appelé à "punir les coupables".

Dans un communiqué, le gouvernement de Hong Kong a déclaré que "certains manifestants radicaux ont agi violemment", menaçant la sécurité de la police et du public.

Le mouvement de protestation est parti du rejet d'un projet de loi, désormais suspendu, qui visait à autoriser les extraditions vers la Chine pour prendre de l’ampleur par la suite en réclamant des réformes démocratiques, sur fond d'inquiétude générée par l'ingérence jugée grandissante de Pékin dans les affaires intérieures de l'ancienne colonie britannique, rétrocédée à la Chine en 1997.