Afrique du Sud: un tribunal rejette la demande d’appel de l’ex-président Zuma

13
Image d'archive. AFP

Un tribunal sud-africain a jugé vendredi irrecevable la demande d’appel de l’ancien président Jacob Zuma qui tente d’échapper à un procès pour corruption dans une vieille affaire de contrat d’armement, aux multiples rebondissements judiciaires.

Dans un très bref verdict, la Haute Cour de Pietermaritzburg (est) a annoncé que « la demande de M. Zuma de faire appel a été rejetée ».

Le tribunal a aussi rejeté la demande d’appel du groupe de défense et d’électronique français Thales, poursuivi dans cette affaire.

Jacob Zuma, au pouvoir de 2009 à 2018, est accusé d’avoir touché 4 millions de rands – environ 245.000 euros au cours actuel – de pots-de-vin de Thales, dans le cadre d’un énorme contrat d’armement de 51 milliards de rands (environ 3 milliards d’euros) attribué en 1999.

 

Lire aussi : Vidéo. Mohamed Boudra élu Président de l’organisation des CGLU-MONDE à Durban en Afrique du Sud

 

Jacob Zuma et Thales, qui a remporté une partie de ce contrat pour l’équipement de navires militaires, ont toujours nié les allégations.

La défense de Zuma avait demandé à faire appel arguant que le dossier souffrait d' »interférence politique ». Le parquet avait estimé de son côté qu’il n’y avait pas de « base solide » et « rationnelle » pour justifier cet appel.

Après le revers essuyé vendredi, les deux co-accusés, M. Zuma et Thales, ont encore la possibilité de faire appel auprès d’une instance judiciaire sud-africaine supérieure.