Vidéos. Une centaine de jeunes parviennent à Sebta à la nage, au moins deux morts

765
.DR

De la traversée massive d’une centaine de Marocains tentant de rejoindre Sebta, ce dimanche 25 avril, on compte au moins deux morts et plusieurs disparus. Des tentatives de ce genre continuent de se produire, selon des sources locales.

Les multiples vidéos partagées sur les réseaux sociaux montrent comment des dizaines de jeunes se sont jetés à l’eau pour rejoindre les côtés de l’enclave espagnole. Parmi eux, certains sont à peine âgés de 10 ans, affirment les sources locales, indiquant qu’ils ont été plus d’une centaine de personnes à tenter cette traversée par groupe de 20 ou 50 à chaque fois.

Aucun chiffre officiel n’a pour le moment était communiqué, mais plus d’une centaine a pu atteindre les côtes de l’enclave espagnole, tandis que plusieurs sont encore portés disparus, indique El Foro de Ceuta.

Le site local affirme que ces tentatives ont eu lieu face une «passivité totale du côté marocain». D’ailleurs, des vidéos tournées du côté marocain montrent comment les secouristes espagnols ont parfois même dû se rendre sur les côtés marocaines afin de prêter assistance aux nageurs.

.DR

Au moins deux morts sont à déplorer, rapportent les médias locaux. Le premier corps qui a été identifié est celui d’un père de famille qui travaillait dans un restaurant de la ville de Fnideq.

Le père d’une petite fille n’a pas pu naviguer bien loin, étant donné que la mer était déchainée, indique le site Tanja7. Son corps a été repêché du côté marocain et malgré les nombreuses tentatives pour lui venir en aide, il est mort quelques instants après, poursuit la même source.

Les traversées de ce genre se poursuivent ce lundi 26 avril, rapporte El Faro de Ceuta, vidéo à l’appui.

Samedi, le corps d’une autre jeune a été repêché au large de Fnideq. Âgé seulement de 18 ans, le jeune avait tenté de rejoindre les côtes de Sebta à bord d’un kayak en compagnie de deux autres jeunes. Ces derniers sont encore portés disparus.

La petite ville du nord du Maroc connaît depuis plusieurs mois une profonde crise économique. Après plusieurs semaines sous le signe de l’apaisement, les habitants de la ville sont retournés une fois encore à la rue ce vendredi 23 avril afin de demander des alternatives face à la fermeture de la frontière avec l’enclave de Sebta.