Programme « Intelaka »: interview avec le DG de la CCG, Hicham Zanati Serghini

459
Hicham Zanati Serghini, Directeur Général de la Caisse Centrale de Garantie (CCG). DR

Le Directeur général de la Caisse Centrale de Garantie (CCG), Hicham Zanati Serghini, dévoile, dans une interview accordée à la MAP, le bilan du Programme intégré d’appui et de finances des entreprises « Intelaka », lancé en février 2020, et revient sur les mécanismes exceptionnels mis en place pour atténuer le choc de la crise du nouveau coronavirus (covid-19).

1. Le démarrage du programme « Intelaka » a coïncidé avec la crise sanitaire du covid-19. Quel état des lieux de ce programme en 2020?

Conformément aux Hautes orientations Royales, le programme « Intelaka » est lancé dans l’objectif de faciliter davantage l’accès au financement pour les très petites, petites et moyennes entreprises et de soutenir, de manière volontariste, la création d’entreprises.

« Intelaka » s’adresse à toutes les catégories d’entreprises se trouvant pendant les phases de création et de démarrage les plus difficiles à savoir les 5 premières années. C’est un partenariat public-privé qui a été mis en place entre l’État, le secteur bancaire et les autres acteurs pour installer une dynamique commune en faveur de ces entreprises.

Grâce à cette offre, une belle dynamique s’est créée dès le début février de l’année écoulée, mais malheureusement nous avons été rattrapé par la crise du covid-19. Cependant, avec la reprise de l’activité économique, nous sommes sur un trend haussier, ce qui a permis de terminer l’année 2020 avec plus de 15.085 crédits bancaires garantis à travers les produits « Damane Intelak » et « Intelak Al Moustatmir Al Qaraoui », pour un nombre total d’entreprises financées de près de 12.500. A ces crédits garantis s’ajoutent aux 3.661 crédits « Start TPE ». Malgré une année difficile, nous sommes arrivés à ces chiffres importants, alors que l’objectif initial était de 13.500 entreprises sur une période de 3 ans. Ces résultats prouvent l’importance du potentiel mobilisé et que la conjugaison des efforts de tous les acteurs permet d’atteindre les objectifs fixés.

2. Quel est le volume de crédits garantis jusqu’à présent et le nombre d’emplois à créer dans ce cadre?

Les produits « Damane Intelak », « Intelak Al Moustatmir Al Qaraoui » et « Start-TPE » ont réussi à totaliser un volume de crédits de près de 2,8 milliards de dirhams (MDH). Majoritairement destinés à l’investissement (80%), les crédits garantis ont principalement profité aux secteurs du commerce et de la distribution (25%), de l’agriculture (14%), de l’industrie (13%) et des services (13%). Le milieu rural représente 20% du nombre de crédits bancaires garantis.

Le nombre d’emplois à pourvoir est estimé à près de 39.000, ce qui témoigne d’une réelle dynamique en création et ce, en dépit d’une conjoncture économique particulièrement difficile.

3. Quel bilan faites-vous des mécanismes exceptionnels mis en place par le CVE pour anéantir le choc du covid-19?

Le déclenchement de la crise sanitaire a nécessité une réponse urgente et énergique de l’État et ses différents acteurs. Lancés en mars dernier dans le cadre de la mise en œuvre des mesures décidées par le CVE visant l’atténuation des effets de la crise et ses impacts sur les entreprises, les crédits garantis « Damane Oxygène » étaient principalement destinés à faire face aux charges d’exploitation courantes, majoritairement en faveur des TPME.

 

Lire aussi : Programme « Intelaka »: 15.085 crédits garantis en 2020

 

Le mécanisme de garantis exceptionnel « Damane Oxygène » offrait la possibilité de bénéficier de crédits pouvant atteindre 20 millions de dirhams (MDH) afin de faire face aux charges courantes durant la période de crise. Il assurait la couverture de 95% du montant du crédit, ce qui permettait aux banques de mettre en place rapidement des découverts exceptionnels pour financer le besoin en fonds de roulement des entreprises cibles. En termes de répartition des crédits garantis selon les secteurs d’activité, « Damane Oxygène » a principalement profité à l’industrie, au commerce et au bâtiment et travaux publics (BTP).

Passés les trois premiers mois de crise sanitaire, il a fallu préparer la reprise de l’activité des entreprises. C’est ainsi qu’à partir de la mi-juin, et toujours dans le cadre des mesures prises par le CVE, la CCG a déployé deux nouveaux mécanismes de garantie, à savoir « Relance TPE » et « Damane Relance ». Ces produits avaient pour rôle d’assurer un retour progressif à une activité normale. La CCG a pu enregistrer, au 31 décembre 2020, plus 86.000 opérations de garantie couvrant 53 milliards de dirhams (MMDH) de crédits bancaires, consentis en faveur de près de 66.200 entreprises.

Des résultats qui traduisent l’engagement de l’État envers les entreprises, principalement des TPE et PME, depuis le déclenchement de la crise sanitaire due à la Covid-19.

Les secteurs de l’industrie et du commerce/distribution arrivent en tête du volume des crédits donnés par les banques avec 29% chacun, suivis par le BTP avec 15% du volume des crédits. Tous ces financements accordés ont permis aux entreprises d’avoir accès aux ressources à des conditions excellentes, en terme de taux, à des quantités de garantis importantes et de longues maturités.

Avec le lancement par SM Le Roi de la campagne nationale de vaccination contre le covid-19, un rebond de l’économie nationale est attendu d’ici la fin du semestre, à même de consolider la dynamique de relance.