Paris: dans Notre-Dame ravagée, « l’impression d’un bombardement »

605
AFP

« Des vitraux explosés », la flèche en tombant qui « a fait un trou au-dessus du chœur »: on a l’impression « d’un bombardement », décrit Philippe Marsset, le vicaire général de l’archidiocèse de Paris, parmi les premiers à être entrés dans la cathédrale après l’incendie.

« Cela fait 850 ans que cette église est construite, elle a résisté aux guerres, elle a résisté aux bombardements, elle a résisté à tout », se désole ce religieux ordonné prêtre dans cette cathédrale il y a 31 ans.

En pénétrant en pleine nuit, à peine l’incendie maîtrisé mais alors que des foyers brûlent encore, « on a l’impression d’être devant un bombardement », explique-t-il.

« D’abord tout est noir et il y avait dans le fond, la grande croix jaune qui était illuminée par des flammes. C’était impressionnant! », décrit celui qui a veillé toute la nuit « au chevet de Notre-Dame qui pleure ».

« Sur la droite de cette croix, il y a une statue de Marie (…) Elle est debout, vous avez la croix et notre Dame, là, au cœur de Notre-Dame », raconte-t-il.

 

Lire aussi: Message du roi au président français suite à l'incendie de Notre-Dame de Paris

 

Et au milieu de tout ça, un objet incongru: « un robot lançait de l’eau ». Et des « flammèches provoquées par le plomb fondu qui tombaient du toit ».

« Toute la nuit, j’ai vu défiler des hommes avec des larmes dans les yeux. J’ai employé cette image: c’est un chaos mais il ne faut pas que ça nous laisse K.O ».

C’est pourtant bien le mot d' »enfer » qui lui vient quand il évoque le moment où l’incendie a éclaté peu de temps après la fin de la messe.

« Ce n’est pas Notre-Dame des catholiques, c’est Notre-Dame de France, c’est Notre-Dame du monde: l’église brûle et le monde entier se met à pleurer ».

  « Les pompiers, des héros » 

Pour le vicaire général, « ça n’est pas une petite église qui est abîmée, c’est le symbole de l’histoire de France et de Paris ». « Cette église est tellement symbolique, c’est à partir de Notre-Dame que l’on compte les kilomètres, c’est le nombril de Paris ».

« On est tous sidérés, c’est plus que miraculeux, c’est héroïque parce que miraculeux, ça veut dire que c’est une intervention divine », estime-t-il, ajoutant que les pompiers « sont des héros ».

 

Lire aussi: Diapo. Quand Mohammed VI assistait aux obsèques de Pompidou à Notre-Dame

 

Juste avant Pâques, qui commémore la résurrection du Christ pour les chrétiens, « des choses étaient prévues mercredi, jeudi, vendredi », détaille-t-il, sans aucune idée de la suite. « On ne sait pas encore où faire ça. C’est comme si on avait touché à notre maman ».

Un peu déboussolé, l’homme désigne la cathédrale: « mon lit est là. Ce matin, je suis au chevet de Notre-Dame qui pleure ».